淡江大學覺生紀念圖書館 (TKU Library)
進階搜尋


  查詢圖書館館藏目錄
系統識別號 U0002-2507200914591400
中文論文名稱 論布希亞的《美國》︰美國形象的生產與消費
英文論文名稱 On the «Amérique» of Jean Baudrillard: The Production and the Consumption of American’s Image
校院名稱 淡江大學
系所名稱(中) 法國語文學系碩士班
系所名稱(英) Department of French
學年度 97
學期 2
出版年 98
研究生中文姓名 陳采怡
研究生英文姓名 Tsai-Yi Chen
學號 694270157
學位類別 碩士
語文別 中文
第二語文別 法文
口試日期 2009-07-13
論文頁數 138頁
口試委員 指導教授-吳錫德
委員-阮若缺
委員-黃馨逸
中文關鍵字 美國形象  符號消費  擬仿物  擬像  超真實  內爆  沙漠 
英文關鍵字 American’s Image  consumption of signs  simulacra  simulations  hyperreality  implosion  desert 
第三語言關鍵字 Imaginaire americain  consommation des signes  simulacre  simulation  hyperrealite  implosion  desert 
學科別分類 學科別人文學語言文學
中文摘要 布希亞於不同時期有著不同之觀點模式,亦有不同的解讀表達。「美國形象」便是在如此框架背景下而形塑。因此,本論文分為三個章節,探究美國形象的生產與消費。
論文第一章,布希亞從其文獻中,界定了他所認知的美國形象,並釐清美國形象在布希亞「符號消費」理論中之運作模式及其關聯。進而探究美國式的形象如何在大眾媒體中產生意義?第二章,探討了布希亞的思想建構轉換視角,並衍論了「擬仿物」理論,及美國形象的生產模式,以及推論「消費社會」的形成,它是經由大眾媒介的作用,過渡到影像充斥的「擬像社會」。本章分析了「擬仿物理論」中關於「真實形象」與「擬仿物」的關係,以及兩者的差異性,進而探究「擬仿物」藉由「擬像」作用產生了「超真實」的概念,而美國形象從「擬仿物理論中建立」,成為一種當代獨特的烏托邦社會。
第三章,回歸《美國》文本,探究布希亞對於美國文化上的批判,美國形象消費的邏輯運作模式。布希亞指出美國有其特殊的歷史,因而造成與歐洲不同的現代性形象,它因此而影響並型塑美國的整體社會文化。此外,整個美國社會充斥過量的媒介,它不僅「內爆」了大眾,進而「內爆」了社會。影像、符號、媒介東拼西湊,如大熔爐般地佔滿整個美國社會,進而形成了「沙漠化」的義涵。
英文摘要 Baudrillard has the different modes that are comprehensive in his different periods. “American’s Image” is formed and constructed in such frame and background. Therefore, we attempt to classify this thesis into three chapters, and to investigate the Production and the Consumption of American’s Image.
Chapter one, according to Baudrillard’s works, we define the American’s Image on his mind. Then, in his theory of the “consumption of signs”, we make clear the relation of the circulation mode. Furthermore, concerning the American’s Image, how to produce the meanings in the mass media? Chapter two, 70's in 20th century, Baudrillard changes his point of view, he emphasizes the new theory of the “Simulacra” and finds the mode of the production of the American’s Image. He infers from the function of the mass media that the consumer society, full of images, transfers itself into the “simulacra society”. In addition, in the theory of the simulacra, he analyzes the connection and the difference between “reality image” and “simulacra”, and with the help of the “simulations”, he obtains the concept of “hyperreality”. The American’s Image is established in “the simulacra” as a kind of contemporary specific Utopia society. Finally, the last chapter, we returned to the «Amérique», and put emphasis on the cultural critique of the circulation of the American’s Image by the logic consumption. Baudrillard criticizes that America has a special modernity (no history) which affects the whole social culture. Furthermore, when the American society is occupied entirely, the mass media and the publics are in the situation of the “implosion”. The American society is filled with images, signs, TV, publicities, etc; therefore, it gets into the world of the “desert”.
第三語言摘要 Partie 1 Introduction
Pourquoi choisir la recherche de la pensée de Baudrillard ? D’après l’examination de Mike Gane , en 1989, L’Evénement du Jeudi, publié à Paris chaque semaine, il a organisé un 〝Forum〞de près de 700 intellectuels représentatifs de la société, comportant des: journalistes, professeurs, écrivains, acteurs, etc. Chacun d’entre eux devant choisir cinq personnes démontrant d’un pouvoir intellectuel et influençable dans la société. Baudrillard sort ex æquo 8èmeavec Georges Duby, Gilles Deleuze, François Wahl, et surtout devant le sociologue, Pierre Bourdieu.

Depuis la rédaction de mon mémoire, Baudrillard est décédé un mardi à l'âge de 77 ans, en 2007. À Taiwan, de nombreux journaux ont publié des informations concernant la vie, la pensée de ce philosophe et sociologue français. Surtout les Français poussaient des soupirs de regret, Nous perdons un grand créateur, a estimé le ministre français de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Gilles de Robien .

Bien évidemment, il avait sa place dans la Science et était aussi considéré comme un grand théoricien de la critique sociologue et culturelle. Incontestablement, cela ajoute profondément à la nécessité de ce thème de recherche.

Selon la théorie de Baudrillard, nous pourrons découvrir que quand le contexte est différent, apparaît une signification spécifique correspondant à chaque période historique. Aussi, dans ce mémoire, sous l’angle de la Science sociologue et culturelle,
c’est l’observation et la réflexion sur l’imaginaire américain. Au début, l’imaginaire américain dans la société de consommation est traité, et cherché à relier la théorie de la consommation des signes et l’imaginaire américain? Et puis, le temps a passé jusqu’aux années 70(XX ème siècle)ou le progrès technique profite forcément au changement de la société. Durant cette période, Baudrillard a changé son point de vue, il discute du rôle joué par un nouveau modèle d’imitation qui se developpe dans la société. Surtout, celui des mass media, qui joue un rôle dominant dans influence sur l’imaginaire américain? En outre, Baudrillard poursuit son idée sur l’imaginaire américain jusqu’à devenir〝le modèle américain〞. En final, retournant à son œuvre Amérique, il a voyagé et observé la société américaine, le contexte du collage poétique presque comme la qualité de l’imaginaire américain. Quant à la société américaine contemporaine, il fait aussi la recherche de la modernité spéciale, et même la critique complète des mass media. C’est une définition de l’implosion. Au-delà duquel pourra évoluer vers une image de désert?
Néanmoins, nous obtenons quelques problématiques: D’abord, Baudillard, ayant le point de vue français, comment peut-il arriver à comprendre l’imaginaire américain? Y-a-t-il une influence du contexte historique, spatial? Si la réponse est vrai, sous cette influence, comment figurer〝l’imaginaire américain〞dans la consommation des signes, et devenir un modèle américain? D’ailleurs, l’imaginaire américain est pris par le pouvoir de simulacre et la contrôle des media. Quelles en sont les conséquences? Et quels effets sur les masses à la recherche de moyens positifs ou négatifs?

Partie 1 L’image américaine de la société de consommation

Au début de ce chapitre, Baudrillard partage avec nous son point de vue, nous trouverons ce qu’il pense de l’image américaine . Le Pop-Art est un produit représentatif de la société. Baudrillard trouve des connaissances de la société américaine et reconnaît la qualité du Pop-art. En 1960, toute la société américaine utilise le thème de l’art du banal pour représenter certains fragments réels de la vie quotidiennes. Alors, Baudrillard indique: «C’est les Pop qui peignent les objets selon leur apparence réelle, puisque c’est ainsi, comme signes tout faits, fresh from the assembly line.» Les acteurs Pop produisent la création artistique par les objets visuels tous les jours, et les créations impregnés par l’anglais (parler anglais), plein de marques et de mots anglais. Et outre, Baudrillard indique aussi: “ tout comme le pop art transposait avec une sorte de joie sur ses toiles l’étonnante banalité des biens de consommation.” Autrement dit, Baudrillard pense que le Pop-art n’est plus qu’une marchandise pure de consommation, qui est le produit « super » industriel avec beaucoup de slogans, mêlés d’images de personnages politique et stars. C’est ce qu’il dit: «C’est reconnaître l’évidence de la société de consommation, à savoir que la vérité des objets et des produits, c’est leur marque. Si c’est cela l’«américalité», alors l’américalité est la logique même de la culture contemporaine.» Donc, le Pop-Art est une logique de consommation des signes, par cela, nous pouvons mieux comprendre la naissance de la culture américaine contemporaine. L’image américaine est fondée sur cela.

De plus, suivant Baudrillard, nous consultons aussi la relation entre la société de consommation et l’image américaine. Comment l’image américaine assiste-t-elle le système de consommation?
Quelques temps antérieurs, concernant le discours de consommation des signes, d’une part, Baudrillard succède à Marx dans le concept de production, d’autre part, il combine la sémiologie pour comprendre ce monde de consommation. Il affirme: «Le même processus de ratio-nalisation des forces productives qui a eu lieu au ⅩⅨe dans le secteur de la production trouve son aboutissement au ⅩⅩe dans le secteur de la consommation.» C’est-à-dire, que la pensée de la production s’impose, mais dans ce moment, en raison du développement de la force productive, les gens entrent dans ce monde de modernisation plutôt à l’aide de consommation et pas par la production; Baudrillard surveille:

Il y a aujourd’hui tout autour de nous une espèce d’évidence fantastique de la consommation et de l’abondance, constituée par la multiplication des objets, des services, des biens matériels, et qui constitue une sorte de mutation fondamentale dans l’écologie de l’espèce humaine. A proprement parler, les hommes de l’opulence ne sont plus tellement environnés, comme ils le furent de tout temps, par d’autres hommes que par des OBJETS.

Toute la société devient la consommation abondante. En somme, la caractéristique principale de ce monde est l’abondance des objets et une série de marchandises. Le capitalisme contemporain est fondé par les objets et la consommation. Dans Le système des objets, Baudrillard découvre: «Pour devenir objet de consommation, il faut que l’objet devienne signe» À ce moment-là, l’Amérique n’était qu’une société abondante, les Américains étaient fous des marchandises de consommation. Dans la consommation, la relation entre les consommateurs américains et les objets consommables, ce n’est plus une relation entre hommes et objets. C’est n’est plus que la relation entre hommes et signes. Nous consommons les marchandises ayant la valeur de signe, quand nous consommons, nous déployons notre condition et place social. Les consommateurs américains essaient de comprendre la consommation de «la valeur de soi-même», de la liberté personnelle. C’est cela Baudrillard indique: «〝TRY JESUS !〞dit un slogan américain. Il faut tout essayer: car l’homme de la consommation est hanté par la peur de〝rater〞quelque chose, une jouissance qu’elle soit.» Cela devient le moteur de cette période, la plupart de la population américaine atteignant une condition sociale assez convenable

De plus, dans l’extension du capitalisme, l’entrepreneur exploite souvent la liberté des employés. Seulement, la société prépare la circonstance de signe, et les hommes sont égaux comme Dieu. Ils peuvent s’enfoncer dans le paradis de signe en satisfaisant les désirs d’eux-mêmes. Cependant, lorsque tout le monde croit qu’il se différencie de leurs adversaires en consommant des marchandises. Au contraire, c’est n’est pas la même condition, Baudrillard indique: «On conçoit que chacun se sente original alors que tous se ressemblent.» Evidemment, la population aux États-Unis part à la chasse du dernier modèle de produits, remplaçant finalement la différenciation personnelle. En fait, «il n’y ait plus au fond qu’un répertoire de modèles.» Baudrillard affirme: «/....../ il suffit pour cela d’un schème de projection collectif et mythologique.» C’est comme si la liberté personnelle, c’était quelqu’un qui poursuit les désirs par la consommation, depuis l’individu jusqu’à l’ensemble social en amérique. Une sorte d’image d’ensemble, une image américaine de «conformité».
Finalement, l’image américaine rentre dans le système de la société, elle est au figurée et porte des significations particulières. Grace à la télévision, elle relie la culture, l’habitude, le goût, les classes différentes dans le système des mass. Particulièrement, les masses arrangent les idées, l’expérience, l’identité de la valeur, et le désir différemment dans le processus de la diffusion et l’acception générale. Ainsi, l’image d’une vie à l’Américaine, fait rêver et d’aller consommer chez Mac Donald, est comme un signe révélateur, elle est répandue aux 4 coins du monde grace aux mass media et au marketing.


















Partie 2
La théorie simulacre de Baudrillard : la production de l’imaginaire américain
Dans les années 70 au XXème siècle, Baudrillard trouve un moyen simple, de l’aspect de signe à l’ordre historique du simulacre. Il inclut les trois ordres du développement histoire de l’humanité, et alors, Baudrillard propose l’idée de simulacre. Il argumente aussi l’imaginaire de la réalité et l’hyperréalité. Pour cela, «l’imaginaire américain» devient ainsi «le simulacre américain».

En ce qui concerne le simulacre, Baudrillard donne une définition: «Le simulacra n’est jamais ce qui cache la vérité — c’est la vérité qui cache le fait qu'il n'y en a pas.» C’est-à-dire, le «simulacre» n’est plus une «copie» manqué de «l’original», il est presque comme la représentation vive de l’originel réel, mais, il n’est pas la représentation. Alors, Baudrillard identifie encore: «Le simulacre est vrai.» Autrement dit, le «simulacre» n’a aucune trace artificielle, il est comme s’il était la chose objective de soi-même. Par conséquent, le «simulacre» supprime ainsi la différence entre «l’originel» et « la copie». Enfin, il remplace la réalité objective. Le «simulacre» désigne ce qui n'a que l'apparence de ce qu'il prétend être. Par suite, Baudrillard divise le simulacre en trois ordres:

Trois ordres de simulacres, parallèlement aux mutations de la loi de la valeur, ce sont succédé depuis la Renaissance : —La contrefaçon est le schème dominant de l’époque «classique», de la Renaissance à la révolution industrielle. —La production est le schème dominant de 1’ère industrielle. —La simulation est le schème de la phase actuelle régie par le code. Le simulacre de 1er ordre joue sur la loi naturelle de la valeur, celui de 2e ordre sur la loi marchande de la valeur, celui de 3e ordre sur la loi structurale de la valeur.

Dans son avis, le premier ordre, c’est «la contrefaçon» qui naît avec de la Renaissance jusqu’à la Révolution industrielle. Le simulacre de la contrefaçon correspond à la représentation classique. C’est la division en «l’objet originel» et «le produit de remplacement imité.» De plus, le deuxième, le simulacre de la production, c’est la société industrielle. C’est pour répondre en principal à la demande technique. De là, la production de série est le plus haut principe. Ce n’est ainsi faire de tous les objets ni le reflet ni la contrefaçon, ils sont aussi tous simulacres, et reproduits sans limite. Par exemple: à la fin du XIXème siècle, il est évident d’apparaître l’assemblage de production de la division du travail. Finalement, le troisième genre, c’est la simulation. Il remontre à la formation de l’illusion dès l’origine. C’est un modèle du système binaire du zéro et du un, et cependant, il projète l’existence du virtuel par cette formule accomplie du code de digitalité. Donc, la simulation remplace la réalité.
D’après le concept de simulacre de Baudrillard, le troisième genre sous l’influence du code, il obéit à la règle de la loi structurale de la valeur. Et puis, de l’opinion de Saussure, le système linguistique n’a pas de liaison avec le réel objectif. Le lien entre la langue et le réel est arbitraire, et ils se divisent sur la principe de la «différence». De plus, celui de 3e ordre, il correspond complètement à ces deux concepts de base dans la sémiologie du strcturalisme. Au début, le simulacre est un système indépendant, il ne compte pas sur la réalité objective, au contraire il s’appuie sur la différence du signe.
Autrement dit, le simulacre se représente et se produit, il n’est plus la réalité de représentation. Il la remplace en créant «l’hyperréalité » . L’hyperréalité est un monde sans réalité originelle.

Par conséquent, le modèle du simulacre domine l’économie, la politique, et la culture. Il décide aussi de l’usage de toutes les marchandises et la production et la consommation de la culture. Sans aucun doute, l’imaginaire américain a transformé le simulacre américain. Dès lors, Baudrillard décrit Amérique comme une «Utopie Surréel». Selon la révolution de simulacre, l’imaginaire américain en effet est presque un «paradis de Disney land», il implique la signification monotone et innocente. Toute la vie d’Amérique est remplié de séduction et de charme brossée les mass media (publicité, TV, information, etc......). C’est un «paradis artificiel » En outre, «c’est la liberté vraie: la mode, les modèles, les idoles, le jeu des images.» Baudrillard mentionne: «Amérique est une Utopie réalisée» Donc, pour lui, l’imaginaire américain est la culture «hyperréelle» munie du sens de simulacre.









Partie 3
La critique culturelle dans l’Amérique : la logique de consommation de l’imaginaire américain
Baudrillard voit l’Amérique depuis un point de vue’intellectuel français, il s’engage dans la critique culturelle en suivant la théorie de simulacre. Au début, il pense que l’Amérique existe et se base sur une «modernité» particulière, car il est sans histoire. De plus, le développement des mass media, est comme il le mentionne le phénomène de «l’implosion» dans la société post-modernité. En conclusion, l’imaginaire américain tend vers une uniformisation de la société humaine et un appauvrissement comme dans les «désert».
Après la seconde guerre mondiale, le capitalisme contemporain se développe rapidement, l’architecture nouvelle, la marchandise, la publicité et les mass media change le style de vie quotidienn. Cependant, à travers la consommation, les masses recherchent les objets symboliques, rentrant vraiment au cœur d’une société de consommation. Ainsi, quant au domaine de la réflexion de la «modernité», Baudrillard compte sur l’analyse du système crée par les objets, de la société de consommation, et la narration de la valeur des symboles. Nous comparons l’ordre de simulacre avec le discours de la modernité antérieure. C’est le 2e ordre qui correspond à cette modernité antérieure. Suivant le concept de modernité, Baudrillard remarque: «Il semble que la modernité mette en place simultanément un temps linéaire, celui du progrès technique, de la production et de l’histoire, et un temps cyclique, celui de la mode.» En effet, la modernité est une sorte de culture conforme et une structure d’union. Elle vient de l’occident, et traverse toute la Terre. Le monde devient homogénéisée.
Ainsi sous le terme de la modernité du capitalisme, nous pouvons percevoir l’orientation et l’observation de la société américaine. Baudrillard indique:

La confrontation entre l’Amérique et l’Europe fait apparaître une distorsion, une coupure infranchissable. Ce n’est pas seulement un décalage, c’est un abîme de modernité qui nous sépare.

Il pense que les Américains dès leur naissance, arrivent dans un pays nouveau. Ce pays offre des biens et jouissances matériels, un moyen de vie d’Utopie. Ce pays vit par la consommation, il n’a besoin pas d’évolution historique. C’est «la version originale de la modernité» , sans passé. Autrement dit, cette Utopie est fondée sur le principe de «singularité» sans crise historique. Quelques temps après, le progrès technique, les reproductions deviennent la centre de vie, et puis, les modèles, les codes le simulacre remplace la valeur de l’usage. Par conséquent, Baudrillard dit: «L’Amérique vit dans la simulation perpétuelle, dans l’actualité perpétuelle des signes.» C’est-à-dire, les Américains vivent dans le déploiement de la publicité et du simulacre. Tout l’imaginaire américain est comme «la publicité faite dans un autre monde» , et comme le cinema grand écran plein de signes et de valeurs allégoriques et les jeux vidéos.

Aussi, c’est la société entière qui devient implosive. En ce qui concerne l’implosion, Baudrillard prolonge l’idée de Marshall McLuhan: «Medium is message». Baudrillard remarque:
Ainsi les media sont effecteurs non pas de la socialisation, mais juste à l’inverse de l’implosion du social dans les masses. Et ceci n’est que l’extension macroscopique de l’implosion du sens au niveau microscopique du signe. Celle-ci est à analyser à partir de la formule de MacLuhan medium is message, dont on est loin d’avoir épuisé les conséquences.

McLuhan insiste que les media font changer la conduite et la relation sociale. D’un part, Baudrillard fait attention à cette base, d’autre part, il pose la problématique des masses dans sa théorie de l’hyperréalité. L’apparition de la télévision pousse rapidement la communication, les mass media copient l’image, les symboles et les codes. Cela supporte et figure alors une hyperréalité. Progressivement, à l’opinion de Baudrillard , auparavant, les mass media sont considères comme un miroir, le reflet ou l’apparence de la réalité, mais, aujourd’hui, ils produisent hyperréalité, plus réelle que la réalité.

Au début, l’implosion représente celui de la frontière entre la réalité et le virtuel. C’est celui du sens. Dans la transmission des messages, les media occupe le sens, et le pétrit, et colle sans cesse. Ils transmettent l’événement irréel aux auditeurs. C’est juste le sens de l’implosion, elle devient une méthode magique du simulacre. La réalité est impulsée et devient hyperréel. De plus, Baudrillard découvre encore l’implosion entre les masses et les media:

Pour tout dire, Medium is message ne signifie pas seulement la fin du message, mais aussi la fin du medium. Il n’y a plus de media au sens littéral du terme. /….../ C’est-à-dire, d’instance médiatrice d’une réalité à une autre. Ni dans les contenus, ni dans la forme. C’est ce que signifie rigoureusement l’implosion. Absorption des pôles l’un dans l’autre, court-circuit entre les pôles de tout système différentiel de sens. /....../ C’est la seul qui nous soit laissée /….../, puisque medium et réel sont désormais une seule nébuleuse indéchiffrable dans sa vérité.

En conclusion, l’imaginaire américain est crée par les mass media. D’une part, ils unissent la pensée, l’idée et l’expérience quotidienne à un style conforme, et forcent l’impression uniforme de l’imaginaire américain en profondeur. D’autre part, les Américains acceptent tous les contenus des media et suppriment les sens. Ils demandent seulement à obtenir, l’amusement. C’est la raison pour laquelle, les mass media implosent dans les masses américains. Nous ne nous rendons pas compte de l’effet et des fonctions des media sur les masses, occupant les temps du public. Les media produisent les goûts, des fantômes, des styles de vie ou les gens ne se sentent pas perdus ou mal. En final, le lien entre la conscience des masses et les mass media est impulsif.

Lorsqu’il y a plus de media, comment la culture change-t-il? Baudrillard va en Amérique pour chercher l’imaginaire auquel qu’il pense. Il dit: «J ’ai cherché l’Amérique sidérale, celle de la liberté vaine et absolue des freeways, jamais celle du social et de la culture.» C’est un monde fondé par la technique moderne, tous les regards et la vue de l’écran. Mais, Baudrillard observe une pièce de tragédie, un drame du rêve de l’utopie réalisée:

La culture américaine est l’héritière des déserts. Ceux-ci ne sont pas une nature en contrepoint des villes, ils désignent le vide, la nudité radicale qui est à l’arrière-plan de tout établissement humain. Ils désignent du même coup les établissements humains comme une métaphore de ce vide, et l’œuvre de l’homme comme la continuité du désert, la culture comme mirage, et comme perpétuité du simulacre.

Toute la société américaine s’enfonce dans le simulacre, et ainsi, il n’y pas la vérité, «il y a partout désert sans aucun sens.» Baudrillard remarque tout imaginaire américain est la représentation de simulation. Par exemple: l’hypermarché, les idoles, la mode, la religion, etc. Amérique est un paradis , un paradis artificiel, une sorte d’élément de la culture du non-sens. Tous imaginaire est tout pareil, et en plus, la vérité est occupée par les media monopolisés. Quant à l’information dans l’écran, les auditeurs ne possèdent que le simulacre virtuel, un produit de la vérité contrôlée. Dans ce temps de la précession de simulacre, les peuples entrent dans un monde nouveau et hyperréel plein de l’ordinateur, des media, et de la technique. La subjectivité devient fragments. La relation de la vérité extérieure est de plus en plus faible. Le simulacre s’empare des domaines sociaux, politique, réel, et les masses tombent dans le simulacre des media sans aucun message ou signification. Le monde américain manque de sens, c’est une dynastie du «non-sens». C’est «le zéro de la culture» et même du vide. L’imaginaire américain est un désert.











Partie 4 Conclusion
Au début, selon Baudrillard, nous avons trouvé l’imaginaire américain et le développement dans la société de consommation. Après la période du simulacre, il devient le simulacre américain. Enfin, nous discutons l’influence de toute la société et critique la culture du simulacre. L’imaginaire américain devient l’image du désert.
Par conséquent, selon le discours de Baudrillard, nous faisons la recherche de ce thème «La production et la consommation de l’imaginaire américain». Nous pourrons conclure les quelques points suivants les plus importants:

1) Selon Baudrillard, «La consommation des symboles» est le discours de la théorie centrale dans la société de consommation en Amérique;
2) «L’imaginaire» serait considéré comme l’équivalent américain. Il est fondé par le modèle développé de la consommation des signes. Les signes gouvernent toute la fonction de la société américaine, et toutes les choses de la vie quotidienne. Toute la société poursuit des signes pour diviser la place idéale et l’identité. En final, elle devient une image conforme;
3) Après les années 70, à cause des images complètes, la société américaine entre dans la période de simulacre. «L’imaginaire américain» se transforme et devient un commerce de signe, sous l’aide des mass media, il hypnotise, reproduit, simule sans cesse et limite. Enfin, il est «le simulacre américain» de la disparition du réel.
4) Cette marchandise culturelle américaine devient ainsi une «simulation». Par conséquent, la vérité n’est plus importante, et désormais, sous prétexte de la propagation des mass media, la marchandise simulée de culture modifie «l’hyperréalité» plus réelle que la vérité;
5) L’implosion du sens dans les media: Dans la transmission des messages, les media occupe le sens, et le ramasse, colle sans cesse. Ils transmettent l’événement irréel aux auditeurs. C’est juste le sens de l’implosion, elle devient une méthode magique du simulacre. La réalité est impulsée et devient hyperréelle. De plus, Baudrillard découvre encore l’implosion entre les masses et les media.

D’ailleurs, dans ce mémoire, nous étudions, réfléchissons, et évaluons plusieurs livres et matériels, et cherchons les autres pistes nouvelles. Et remarquons deux orientations:

1) L’imaginaire américain vu par le point de vue français: À Taiwan, il y a plusieurs mémoires du phénomène américain, et surtout dans le monde de l’enseignement, la plupart de savants font des recherches locales. Donc, il paraît que le point de vue de Baudrillard est convenable et précieux. De plus, le penseur français a l’habitude de réfléchir la situation où il était. En outre, la société américaine est juste un contexte parfait et propagateur de la consommation des signes au simulacre. Il prévoit aussi une arrivée de l’Internet comme une simulation. Cela ajoute à l’importance de cette recherche.

2) La problématique de la situation, après la jouissance: dans le contexte de l’Amérique, nous découvrons que l’imaginaire américain est fondé sur un paradis de Disney Land. Il est constitué par la combinaison de l’avenue américaine et les personnages de la publicité marchande. C’est-à-dire, c’est le monde à l’alibi du simulacre. Tout le pays est comme la projection de l’intrigue du film, passant par le désert comme celui de l’épisode dans l’Ouest. La cité est constituée par les enseignes lumineuses et les grands écrans du cinéma. Ainsi ce contexte comporte, pour Baudrillard, une circonstance de la pensée du temps. Après la jouissance folle et la simulation sans arrêt, cela provoque un sentiment du vide. Les masses trouvent la solution.

Selon Baudrillard, il pense que les masses occupent la principale partie dans la société. Il pense qu’elles adoptent la méthode du «silence» pour résister à la violence du simulacre par toutes les media. C’est un pouvoir, une manœuvre. Ils utilisent le silence comme expression de leurs opinions. Et cependant, c’est un peu tragique. En effet, quand les consommateurs achètent quelques choses, ils participent activement à ce phénomène. Ils ne sont pas complètement passif, ils constituent la chose. C’est bel et bien la preuve de l’action et réaction des masses, évidemment. C’est ainsi une autre réflexion à la différence de Baudrillard.
論文目次 目錄
緒論 1
Ⅰ 研究動機 1
Ⅱ 研究方法 4
Ⅲ 論文架構 5
Ⅳ 文獻分析 7
Ⅴ 名詞釋義 10

第一章「消費社會」裡的美國形象 15
第一節 布希亞眼中的美國形象 16
第二節 布希亞的符號消費理論與美國形象 21
第三節 美國式的形象符號消費模式 35

第二章 布希亞的「擬仿物」理論:美國形象的生產 45
第一節 從「真實形象」到「擬仿物」 46
第二節 從「擬仿物」到「超真實」 55
第三節 美國:作為一個當代烏托邦 62

第三章《美國》裡的文化批判:美國形象的消費邏輯 79
第一節 一種沒有「歷史」的現代性 80
第二節 一個「媒介內爆」的資訊社會 90
第三節 一個「沙漠化」的樂園 100

結論 112
參考書目 118
附錄一、布希亞生平著作總覽 131
附錄二、普普藝術形象 133
人名及專有名詞索引 136

圖表目錄

圖次目錄:

[圖 1] 研究方法架構圖 4
[圖 2] 論文架構圖 6
[圖 3] 符號在語言學的代表意義 25
[圖 4] 商品的意義價值示意圖 30
[圖 5] 商品的意義價值示意圖 31
[圖 6] 美式麥當勞速食形象 40
[圖 7] 形象呈現示意圖 48
[圖 8] 形象、真實與擬仿物之關係 54
[圖 9] 美國著名商品品牌形象 68
[圖10] 普普藝術形象 70
[圖11] 商品神聖化圖像 77

表次目錄:

[表 1] 以布希亞為研究主題之碩士論文 8
[表 2] 三類別擬仿物之區分 50
[表 3] 擬仿物區分及其意義 51
[表 4] 擬像中影像的變化 58
[表 5] 資本主義及其對照文化 64
[表 6] 冷、熱媒介之歸類 95
參考文獻 參考書目
Ⅰ.布希亞作品參考書目:(依出版年排序)

Baudrillard, J., L'échange symbolique et la mort, Paris: Gallimard, 1976
Baudrillard, J., Pour une critique de l'économie politique du signe, Paris: Gallimard, 1977
Baudrillard, J., Oublier Foucault, Paris: Galilée, 1977
Baudrillard, J., Le Système des objets, Paris: Gallimard, 1978
Baudrillard, J., De la séduction, Paris: Galilée, 1980
Baudrillard, J., Les stratégies fatales, Paris: Grasset, 1983
Baudrillard, J., L'effet Beaubourg, Paris: Galilée, 1983
Baudrillard, J., Simulacres et simulation, Paris: Galilée, 1985
Baudrillard, J., Le miroir de la production, Paris: Galilée, 1985
Baudrillard, J., La Société de consommation, Paris: Denoël, 1986
Baudrillard, J., Amérique, Paris: Grasset, 1986
Baudrillard, J., L'autre par lui-même, Paris: Galilée, 1987
Baudrillard, J., Cool Memories 2 (1987-1990), Paris: Galilée, 1987
Baudrillard, J., L'autre par lui-même, Paris: Galilée, 1987
Baudrillard, J., Cool Memories (1980-1985), Paris: Galilée, 1987
Baudrillard, J., La transparence du mal, Paris: Galilée, 1990
Baudrillard, J., La Guerre du Golfe n'a pas eu lieu, Paris: Galilée, 1991
Baudrillard, J., L'illusion de la fin ou la grève des événements, Paris: Galilée,1992
Baudrillard, J., Le crime parfait, Paris: Galilée, 1995
Baudrillard, J., Fragments, Cool Memories 3 (1991-1995), Paris: Galilée, 1995
Baudrillard, J., Écran total, Paris: Galilée, 1997
Baudrillard, J., A l'ombres des majorités silencieuses ou la fin du social, Paris : Sens et Tonka, 1997
Baudrillard, J., Car l'illusion ne s'oppose pas à la réalité, Paris: Descartes & Cie, 1997
Baudrillard, J., The Ecstasy of Communication. New York: Semioteat, 1998
Baudrillard, J., Le complot de l’art, entrevues à propos du〝complot de l’art〞, Paris: Sens et tonka, 1999
Baudrillard, J., L'échange impossible, Paris: Galilée, 1999
Baudrillard, J., Cool Memories IV, Paris: Galilée, 2000
Baudrillard, J., Les objets singuliers: architecture & philosophie, avec Jean Nouvel, Paris: Calmann-Lévy, 2000
Baudrillard, J., D'un fragment à l'autre, entretiens avec François L’Yvonnent, Paris: Albin Michel, 2001
Baudrillard, J., L'esprit du terrorisme, Paris: Galilée, 2002
Baudrillard, J., Cool Memories V, Paris: Galilée, 2005














Ⅱ. 布希亞中文譯著版本:(依出版年排序)

林志明譯,《物體系》(Le système des objets),台北:時報,1997。
洪凌譯,《擬仿物與擬像》(Simulacres et simulation),台北:時報,1998。
吳昌杰譯,《美國》(Amérique),台北:時報,1999。
王為民譯,《完美的罪行》(Le crime parfait),北京:商務,2000。
劉成富、全志鋼譯,《消費社會》(La société de consommation),南京:南京大學,2000。
黃建宏、林宜萱譯,《獨特物件 : 建築與哲學的對話》(Les objets singuliers : architecture & philosophie),台北:田園城市,2002。
邱德亮、黃建宏譯,《波灣戰爭不曾發生》(La Guerre du Golfe n'a pas eu lieu),台北:麥田,2003。
仰海峰譯,《生產之鏡》(Le miroir de la production),北京:中央編譯出版社,2005。
邱德亮、黃宏昭譯,《恐怖主義的精靈》(L'esprit du terrorisme),台北:麥田,2006。
車槿山譯,(Baudrillard, J.),《象徵交換與死亡》(L'échange symbolique et la mort),南京:譯林,2006。
張新木、李萬文譯,《冷記憶1》(Cool MemoryⅠ),南京:南京大學,2009。
張新木、王晶譯,《冷記憶2》(Cool Memory Ⅱ),南京:南京大學,2009。
張新木、陳旻樂譯、李露露,《冷記憶3斷片集》(Cool Memory Ⅲ),南京:南京大學,2009。
張新木、陳淩娟譯,《冷記憶4》(Cool Memory Ⅳ),南京:南京大學,2009。
張新木、薑海佳譯,《冷記憶5》(Cool Memory Ⅴ),南京:南京大學,2009。




Ⅲ. 其他相關論述及專書
【外文專書】
Beauvoir, Simone de, L'Amérique au jour le jour 1947, Paris: Gallimard, 1997
Bourdieu, Pierre, Sur la télévision: suivi de L'emprise du journalisme, Paris: Raisons d'agir Editions, 1996
Debord ,Guy, La société du spectacle, Paris: Gallimard, 1992
Gane, Mike, Baudrillard Live, selected interviews, London and New York: Routledge, 1993
Genosko, Gary, Baudrillard and signs, London and New York: Routledge, 1994
Kellner, Douglas, Jean Baudrillard: From Marxism to Postmodernism and Beyond. California: Stanford University Press, 1989
Kellner, Douglas, Baudrillard: a critical reader, Oxford U.K and Cambridge USA: Blackwell, 1989
Kristeva, Julia, Au risque de la pensée, La Tour d'Aigues: L'Aube, 2001
Lefebvre, Henri, Everyday Life in the Modern World, (Tr. Sacha Rabinovitch). New York: Harper and Row, 1971
Lefebvre, Henri, Critique de la vie quoditienne,ⅠⅡⅢ, Paris: L’Arche, 1977
Neyrat, Frédéric, L’image hors-l’image, Paris: Léo Scheer, 2003
Pefains, Julian, Heterology and the postmodern, Durham and London: Duke University Press, 1991
Philippe ROGER, L’ennemi américain, Paris: Seuil, 2002
Roger, Philippe, L'ennemi américain: généalogie de l'antiaméricanisme français, Paris: Seuil, 2004
Roger, Vincent, Le meilleur et le pire de l'oncle Sam: 100 raisons d'aimer et de détester les Etats-Unis, Paris: Eyrolles, 2004
Sartre, Jean-Paul, Situation Ⅲ, Paris: Gallimard, 2003
Saussure, Ferdinand de, Cours de linguistique générale, Paris: Payot, 1955
Sorman, Guy, Made in USA: regards sur la civilisation américaine, Paris: Fayard, 2004
Tocqueville, Alexis de, De la démocratie en Amérique, Paris: Flammarion, 1981

【中文參考書目】
王岳川,《後現代主義文化研究》,北京:北京大學,1992。
仰海峰,《走向後馬克思:從生產之鏡到符號之鏡》,北京:中央編譯社,2004
朱剛,《20世紀西方文譯文化批評理論》,台北:揚智,2002。
李金銓,《大眾傳播理論》,台北:三民,1984。
何政廣主編,《普普藝術大師—安迪.沃荷》,台北:藝術家,2002。
汪民安,《現代性》,桂林:廣西師範大學出版社,2005。
季桂保,《布希亞》,台北:生智,2002。
李英明,《網路社會學》,台北:揚智,2000。
李歐梵,《現代性的追求》,台北:麥田,1996。
李歐梵,《未完成的現代性》,北京:北京大學,2005。
周憲編,《文化現代性精粹讀本》,北京:中國人民出版社,2006。
柳鳴九編,《現代主義到後現代主義》,北京:中國科學出版社,1994。
馬克思、恩格斯,《馬克思恩格斯全集》第一版,第46卷上,北京 :人民出版社,1979。
馬克思、恩格斯,《馬克思恩格斯選集》,第二版第2卷,北京:人民出版社,1995。
高宣揚,《後現代論》,台北:五南,1999。
高宣揚,《當代法國思想五十年》,台北:五南出版社,2003。
高宣揚,《布迪厄的社會理論》,上海:同濟大學出版社,2004。
高宣揚,《流行文化社會學》,北京:中國人民出版社,2006。
高亞春,《符號與象徵-波德里亞消費社會批判理論研究》,北京:人民,2007。
黃瑞棋,《現代與後現代》,台北:巨流,2000。
單世聯,《現代性與文化工業》,廣州:廣東人民出版社,2001。
翟本瑞,《網路文化》,台北:揚智,2001。
蔡錚雲,《另類哲學——現代社會的後現代文化》,台北:邊城,2006。
鄭明杉,《第三世界問題論叢》,台北:黎明,1981。
盧嵐蘭,《媒介消費:閱聽人與社會》,台北:揚智,2005。
謝汝宣、沈奕伶,《普普教父—安迪.沃荷世界巡迴展》,台北:藝術家,2008。

【譯文參考書目】
Beaud, Michel,《資本主義史1500-1980》(A history of capitalism, 1500-1980)(吳艾美等譯),北京:東方,1986。
Bauman, Zygmunt,《流動的現代性》(Liquid Modernity)(歐陽景根譯),上海:三聯書店,2002。
Bourdieu, Pierre,《布赫迪厄論電視》(Sur la télévision: suivi de L'emprise du journalisme)(林志明譯),台北:麥田,2002。
De Beauvoir, Simone,《西蒙波娃的美國紀行》(L'Amérique au jour le jour 1947)(何穎怡譯),台北:先覺,2001。
Debord, Guy,《景觀社會》(La société du spectacle)(王昭鳳譯),南京:南京大學出版社,2006。
Dodd, Nigel,《社會理論與現代性》(La société du spectacle)(張君玫譯),南台北:巨流,2003。
Featherstone, Mike,《消費文化與後現代主義》(Consumer Culture and Postmodernism)(劉精明譯),南京︰譯林出版社,2000。
Fichou, Jean-Pierre,《美國文化》(La cilivisation américaine)(宋亞克譯),台北︰遠流,1993。
Frisby, David,《現代性的碎片》(Fragments of Modernit: Theories of Modernity in the Work of Simmel, Kracarer and Benjamin)(盧暉臨等人譯),北京︰商務,2006。
Graham, Gordon,《網路的哲學省思》(The Internet: A Philosophy Inquiry)(江淑琳譯),台北:韋伯文化,2003。
Harvey, David,《後現代的狀況—對文化變遷之緣起的探究》(The Condition of Postmodernity)(焰嘉譯),北京:商務,2003。
Jameson, Fredreic,《後現代主義或晚期資本主義的文化邏輯》(Postmodernism,or ,the Cultural Logic of Late Capitalism)(吳美真譯),台北:時報文化,1998。
Jameson, Fredrick,《後現代主義與文化理論》(Jameson on Jameson: Conversations on Cultural Marxism «Post-Contemporary Interventions»)(陳維振等人譯),江蘇:江蘇人民出版社,2005。
Jordon, Tim,《網際權力:網際空間與網際網路的文化政治》(Cyberpowe: The Culture and Politics of Cyberspace and the Internet)(江靜之譯),台北:韋伯文化,2000。
Kellner, Douglas,《波德里亞:批判性的讀本》(Baudrillard: a critical reader)(唐小兵譯),台北:合志文化,2001。
Kristeva, Julia,《思考之危境:克莉斯蒂娃訪談錄》(Au risque de la pensée)(吳錫德譯),台北:麥田,2005,頁149。
McLuhan, Marshall,《傳播工具新論》(Understanding Media:The Extensions of Man)(葉明德譯),台北:巨流,1978。
McLuhan, Marshall,《認識媒體:人的延伸》(Understanding Media:The Extensions of Man)(鄭明萱譯),台北:貓頭鷹,2006。
Riesman, David,《孤獨的人群》(The Lonely Crowd)(劉翔平譯),遼寧人民出版社,1989。
Rogger, Philippe,《美利堅敵人—法國反美主義的來龍去脈》(L'ennemi américain : généalogie de l'antiaméricanisme français)(吳強等人譯),北京:興華, 2004。
Sartre, Jean-Paul,《沙特隨筆》(Situation Ⅲ)(張靜二譯),台北:志文,1980。
Schram, W.、Porter, W.,《傳播學概論》(Men, Women, Messages, and Media: UnderstandingHuman Communication)(陳亮等譯),台北:新華出版,1984。
Slevin, James,《網際網路與社會》(Internet and Society)(王樂成、林佑聖、葉欣怡譯),台北:弘智,2002。
Smart, Barry,《後現代性》(Postmodernity)(李衣雲等譯),台北:巨流,1997。
Storey, John,《文化消費與日常生活》(Cultural Consumption and Everyday Life)(張君玫譯),台北:巨流,2002。
Slater, Don,《消費文化與現代性》(Consumer Culture and Modernity)(林祐聖等人譯),台北:弘智,2003。
Tocqueville, Alexis de,《論美國的民主》(De la démocratie en Amérique)(董果良譯),北京:商務,2006。
Tomlinson, John,《文化全球化》(Globalization and Culture)(鄭棨元、陳慧慈譯),台北:韋伯文化,2003。
Wallerstein, Immanuel,《近代世界體系(第一卷)》(The Modem World System1)(郭方等譯),台北:桂冠,1998。
Warnier, Jean Pierre,《文化全球化》(La mondialisation de la culture)(吳錫德譯),台北:麥田,2003。













Ⅳ.相關期刊論文
【中文資料及文獻】
王安琪,〈厄卜代克兔子系列小說中的美國夢〉,《逢甲人文社會學報》,第12期,2006,頁263-280。
尹慶耀,〈蘇聯解體與第三世界〉,《問題與研究》,第31卷,第6期,1992,頁68-78。
支宇,〈「超美學」——論鮑德里亞後現代美學思想〉,《西南民族大學學報》,第26卷,2005年8月,頁122-128。
支寧,〈類像〉,《外國文學》,第5期,2005年9月,頁56-63。
孔明安,〈技術、虛像與形而上學的命運——鮑德里亞對形而上學問題的哲學反思〉,《哲學動態》,第10期,2002年,頁37-40。
孔明安,〈從媒體的象徵交換到「遊戲」的大眾——鮑德里亞的大眾媒體批判理論研究〉,《南京大學學報》,第2期,2004年,頁5-11。
孔明安,〈鮑德里亞與早期法蘭克福學派思想的比較研究〉,《中國社會科學學報》,第5期,2008年9月,頁52-56。
司徒立,〈模仿、抽象與仿真〉,《二十一世紀》,第58期,2000年,p. 95-104。
仰海峰,〈後生產時代、符號的造反與碁近批判理論——鮑德里亞《象徵交換與死亡》解讀〉,《南京大學學報》(社會科學),第2期,2004年,頁12-18。
仰海峰,〈消費社會批判理論評析——鮑德里亞《消費社會》解讀〉,《長白學刊》(社會科學),第3期,2004年,頁53-58。
李懷濤,〈能指拜物教:消費社會機制的批判——鮑德里亞《符號政治經濟學批判》解讀〉,《常熟理工學院學報》,第7期,2008年7月,頁11-16。
李鳳鳴,〈一顆思想啟蒙之星的殞落——法國思想家尚.布希亞〉,《藝術家》,第383期,2007年4月,頁270。
吳錫德,〈發達資本主義時期的城市漫遊者—從波特萊爾到班雅明〉,《淡江外語論叢》,2005,頁31-50。
孟慶豔,〈馬克思與鮑德里亞:兩種不同的生產邏輯〉,《社會科學戰線》,第5期,2008年,頁241-243。
季桂保,〈讓—鮑德里亞的大眾傳媒理論評述〉,《學術月刊》,第7期,1999年,頁61-65。
林志明,〈布希亞:社會學家或形上學家?〉,《歐美研究》,第32卷,第3期,2002年9月,頁469-471。
胡大平,〈荒誕玄學何以成為革命的理論——鮑德里亞的資本主義批判邏輯〉,《吉林大學社會科學學報》,第48卷,第2期,2004年,頁12-18。
張紅嶙,〈鮑德里亞的消費社會理論探要〉,《廣西社會科學》,第7期,2008年,頁38-41。
張芳德,〈消費:作為社會的中心—鮑德里亞消費文化研究理論之一〉,《湖北民族學院學報》(哲學社會科學),第24卷第4期,2006,頁84-88。
黃應全,《西方〈形象社會〉理論的實質:顛倒的柏拉圖主義》,文藝研究,2007年,第8期,頁23-30。
黃瑞祺、黃之棟,〈現代性下的全球化挑戰與傳統文化之回應〉,《研考雙月刊》,第31卷,第5期,2007年10月,頁96-105。
黃莉珺、楊裕富,〈普普設計運動之後現代美學分析〉,《設計研究》,第8期,2008年7月,頁128-135。
莊瑞琳,〈沒有終結的大眾社會——和布希亞對談〉,《當代》,第229期,2006年9月,頁48-61。
程少華,〈解讀布爾狄厄的媒介批判理論〉,《今傳媒》(社會科學),第4期,2005年,頁20-21。
楊雲,〈美國「個人主義」文化研究〉,《重慶工學院學報》(社會科學),第22卷,第1期,2008年,頁102-104。
劉懷玉,〈列斐伏爾:日常生活的恐怖主義批判〉,《求是學刊》,第34卷,第3期,2007年5月,頁12-17。
潘榮飲,〈現代消費理論的轉折與超越——從阿多諾、馬庫色到布希亞〉,《思與言》,第39卷,第1期,2001年3月,頁145-172。
燕軍、吳寧,〈論鮑德里亞的文化符號消費理論〉,《常熟理工學院學報》,第7期,2008年7月,頁17-20。
戴阿寶,〈超真實的後現代視界〉,《外國文學》,第3期,2004年5月,頁38-43。

【英文譯文資料】
Loehr, Susan,〈真實世界的消失:布希亞的現身〉(La Disparition du Monde Réel et la Présence de Jean Baudrillard)(洪菁勵譯),《文化研究》,第7期,2008年12月,頁274-279。
Valadier, Paul,〈破解全球化魔咒:現代性與文化的真義〉(吳龍麟譯),《人籟論辯月刊》,第15期,2005年4月,頁34-41。

國內外相關碩、博士論文:
【國內論文】
梁佳鈴,《失去影子的世界-布希亞以擬象論當代實在》,台灣大學新聞所碩士論文,2000。
郭婉忻,《布希亞式無止盡反映之表相與幻象:尚‧惹內之劇作〈陽台〉、〈黑人〉與〈女僕〉》,暨南國際大學外文所碩士論文,2002。
黃宏昭,《符號‧擬仿‧內爆——布希亞的媒介社會論述探討》,文化大學新聞學所碩士論文,1996。
鄧敏宏,《從羅蘭巴特與布希亞看流行文化的未來發展趨勢》,佛光人文社會學院未來學研究所碩士論文,1994。
鄧宜菁,《重繪美國:布希亞〈美國〉之研究》,台灣大學外文所碩士論文,1995。

【大陸以布希亞為相關討論之論文】:
王志永,《網絡世界里的鮑德里亞之后現代媒介思想研究》,武漢大學,2005。
孔明安,《仿真與技術》,中國社會科學院研究院生,2002。
朱亞錚,《「物」的分析:從本雅明到波德里亞,一條隱性的批判之路》,四川大學,2007。
李先游,《論鮑德里亞的消費社會文化理論》,新疆大學,2005。
桂昕翔,《鮑德里亞符號消費思想研究》,廣西師範大學,2007。
凌霄,《鮑德里亞「超美學」思想研究》,黑龍江大學,2008。
習文,《後現代社會的「仿像」與「內爆」》,蘇州大學,2004。
陳中文,《鮑德里亞早期符號文化理論研究》,廣西師範大學,2005。
童小暢,《消費社會:美學終結的時代》,四川大學,2005。
蔣文博,《波德里亞藝術理論中「命定之物」的視覺性》,中央美術學院,2008。
顧大偉,《評析鮑德里亞》,山東師範大學,2007。


















Ⅴ主要參考網站:
【中文】
中國期刊網 http://cjn.cssis.com.tw
文化研究月報 http://hermes.hrc.ntu.edu.tw/csa/journal/26/book_26.htm

【外文】
International Journal of Baudrillard Studies :
http://www.ubishops.ca/ baudrillardstudies/index.html
Post-Maxisme:
http://econgeog.misc.hit-u.ac.jp/icgg/intl_mtgs/RGSmith.pdf
Baudrillard et Art:
http://www.gseis.ucla.edu/faculty/kellner/essays/baudrillardandart.pdf
International Journal of Baudrillard Studies:
http://www.ubishops.ca/BaudrillardStudies/vol3_1/teh.htm
Dr. Bernardo Attias (Professor and Chair Department of Communication Studies College of Arts, Media, and Communication)
http://www.csun.edu/~hfspc002/baud/
Illusions, désillusions esthétiques:
http://mapageweb.umontreal.ca/scarfond/T7/7-Baudrillard.pdf
論文使用權限
  • 同意紙本無償授權給館內讀者為學術之目的重製使用,於2009-08-10公開。
  • 不同意授權瀏覽/列印電子全文服務。


  • 若您有任何疑問,請與我們聯絡!
    圖書館: 請來電 (02)2621-5656 轉 2281 或 來信