淡江大學覺生紀念圖書館 (TKU Library)
進階搜尋


下載電子全文限經由淡江IP使用) 
系統識別號 U0002-1706201115270700
中文論文名稱 布希亞的現代社會與象徵交換理論-以《象徵交換與死亡》為例
英文論文名稱 Baudrillard: the modern societies and symbolic exchange – in Symbolic Exchange and Death
第三語言論文名稱 Baudrillard : les sociétés modernes et l’échange symbolique – Autour de L’échange symbolique et la mort
校院名稱 淡江大學
系所名稱(中) 法國語文學系碩士班
系所名稱(英) Department of French
學年度 99
學期 2
出版年 100
研究生中文姓名 王君瑜
研究生英文姓名 Chun-Yu WANG
學號 697080165
學位類別 碩士
語文別 中文
口試日期 2011-06-07
論文頁數 153頁
口試委員 指導教授-徐鵬飛
委員-胡安嵐
委員-吳錫德
中文關鍵字 布希亞  象徵交換  死亡  原始社會  贈與  切割系統  台灣 
英文關鍵字 Baudrillard  symbolic exchange  death  the primitive society  gift  potlatch  kula  Taiwan 
第三語言關鍵字 Baudrillard  é  change symbolique  la mort  la socié    primitive  le don  le systè  me de coupure  Taï  wan 
學科別分類 學科別人文學語言文學
中文摘要 在第一章的部份中,主要以釐清布希亞在思考邏輯與寫作模式上之來源與架構。首先便概述了結構語言學與結構主義對布希亞帶來之影響。接續闡述了布希亞在作品中援引之人類學論述來源,包括了贈與制度、誇富宴、庫拉儀式等。並且概略分析了布希亞在思想上發展至《象徵交換與死亡》一書前,於「社會學思想發展」時期及「馬克思主義思想批判」時期中,思考邏輯之演變過程。

第二章的部份便是以《象徵交換與死亡》為主要研究重點。除了介紹布希亞的「切割系統」理論外,此章亦透過布希亞的論述,找出並比較在原始社會與現代社會之間,人們面對死刑、屍體、死亡等事件之反應;同時找出在此些事件中,「象徵交換」是以何種形式存在,並闡述布希亞提及之「死亡衝動」的論述觀點。接續分析在原始社會中之象徵交換,將之與現代社會中之經濟交換相互比較。

第三章延續了第二章的理論,分析了布希亞將「象徵交換」理論運用在現代社會中之論點,找出在性、裸露、色情中,「象徵交換」存在的方式。最後透過分析「符號」、「符碼」、「時尚」、「商品拜物教」與「廣告」等元素,以瞭解在布希亞的論述中,現代消費社會是以什麼樣的方式所建構成。接續從台灣的原住民族社會開始討論起,列舉幾項台灣原住民於日常生活的風俗中,具有象徵性交換行為之例子,如:「獵首」儀式、成巫儀式、黥面與刺青,以及檳榔於原住民祭儀中所佔有的重要地位。最後論述現代台灣社會中,與象徵交換相對應的消費社會:透過分析檳榔西施、電子花車與兩個廣告系列,來找出台灣廣告中回收自傳統及原住民等層面之符號。
英文摘要 The main direction in the first chapter, is to introduce the sources of Baudrillard’s thinking and writing logic. Presentation of the structural linguistics from Saussure, and the structuralism of Lévi-Strauss are the first two key points in this section. The introduction of the anthropological inferences that Baudrillard used in his books is also another key point: they are the concepts of the “gift” and the “potlatch” from Marcel Mauss, the “Kula exchange system” from Malinowski, and “The Original Affluent Society” from Marshall Sahlins.

In the second chapter, we examine the tenets and principal points of Baudrillard’s “Symbolic Exchange and Death”. First, we introduce the structure of this book, then the
theory of “the system of separation” between “symbolic” and “imaginary” of Baudrillard. In addition, the use of the contrast between the primitive society and the modern society will be studied with regard to the theme of the death, the cadaver, and the death penalty. The thesis will also analyze the “symbolic exchange” in the primitive society, and its differences with the “economic exchange” in the modern society in Baudrillard’s discourse.

The third chapter will analyze the role played by the symbolic exchange, in “Symbolic Exchange and Death” and other Baudrillard’s works through the these of the body, the gender, the nude, and the sexual exchange. We’ll follow an expose on the structure of the consumer society dominated by the sign, the code, the mode, and dvertisement.
Furthermore, this thesis will analyze the symbolic exchange of aborigines in the Taiwan society. The thesis will also study some Taiwan society’s phenomenon such as the “betel
nut beauty”, the “ritual chariots”, and two series of advertisements campaigns, in order to show how modernity in Taiwan recycles images from traditional culture.
第三語言摘要 Partie 1 Introduction

Au début de son oeuvre, Jean Baudrillard analyse la société de consommation
moderne en liaison avec les problèmes créés par le capitalisme. Il prête en particulier
attention aux ressorts de l‟idéologie consumériste et décrit une société non plus dominée
par les rapports de production mais par le signe et ses transformations. Dès le
commencement de ses recherches, Jean Baudrillard entremêle son discours de références
anthropologiques et il nous a semblé intéressant de concentrer notre recherche sur cet
aspect du travail de ce penseur.
Si de nombreuses études ont été conduites sur les travaux de Jean Baudrillard, la
plupart d‟entre-elles se consacrent plutôt aux thèmes sémiologiques et économiques du
chercheur. Nous pensons que l‟examen des références anthropologiques de Baudrillard ne
constituent pas une extériorité mais sont au coeur de son discours. Elles constituent une
constante à travers les changements et les inflexions que ce discours a connu, depuis la
période initiale (Le système des objets, La société de consommation), l‟inflexion
fondamentale de Pour une critique de l’économie politique du signe, et de Le miroir de la
production, jusqu‟à L’échange symbolique et la mort. C‟est sur ce dernier ouvrage que
nous nous appuyerons en priorité, sans nous interdire de citer d‟autres ouvrages du
penseur.

Dans les deux premiers livres (Le système des objets et La société de consommatiuon),
considérés comme les plus « classiques » de Baudrillard, l‟orientation est plutôt
sociologique et marxisante. Dans ces deux ouvrages, Baudrillard traite ses objets d‟étude
comme des objets réels, appartenant aux systèmes de référence « idéologique » de la
société moderne. Par la suite, dans le troisième ouvrage (Pour une critique l’économie
politique du signe), Baudrillard commence à remettre en question le caractère de réalité des
phénomènes du monde moderne. Il continue de faire référence au discours « classique » de
l‟anthropologie, c‟est-à-dire qu‟il applique directement les catégories de l‟anthropologie
développées par Mauss et Malinowski, qu‟il utilise comme point de comparaison. En
revanche, dans L’échange symbolique et la mort, Baudrillard commence à développer ses
propres concepts sur le degré de plus en plus avancé d‟irréalité de la société moderne. Il
réserve les catégories anthropologiques pour les sociétés anciennes, les sociétés modernes
étant caractérisées par l‟échange marchand ou échange des signes.
Dans ce mémoire, nous choissisons L’échange symbolique et la mort comme livre de
référence pour analyser les théories anthropologieques de Baudrillard. Ce livre est publié
en 1976, après les livres de sociologie (Système des objets, La société de consommation) et
le commencement de la période critique (remise en cause du marxisme, Pour une critique
l’économie politique du signe, Le miroir de la production). L‟ouvrage reprend toute la
thématique anthropologie et critique de ces deux périodes. Nous ferons donc également
référence, à partir de ce livre « final » (aboutissement de ces deux périodes) aux livres qui
l‟ont précédé.
En suivant l‟itinéraire de Baudrillard, qui a commencé à utiliser les méthodes de la
sociologie, on constate que les références anthropologiques deviennent de plus en plus
nombreuses et plus importantes, au point de constituer la source majeure des articulations

du discours baudrillardien. Nous avons tenté d‟en explorer l‟origine et de déterminer la
place qu‟elles jouent dans la critique que fait Baudrillard de la société occidentale moderne.
Notre étude nous a conduit à analyser plus particulièrement certains concepts
baudrillardiens directement liés à ses références anthropologiques, directes (travaux
d‟anthropologues) ou indirectes (cas du thème de la mort, reprenant pour les affiner
certains travaux de Georges Bataille).
Baudrillard fait usage de ces concepts dans le cadre d‟une déconstruction de
l‟idéologie des sociétés capitalistes modernes. De ce point de vue et sans préjuger de nos
conclusions, on peut cependant remarquer qu‟il s‟inscrit dans un courant de pensée
inauguré au moins depuis Montaigne qui, à la suite de la découverte du continent
américain, portait un autre regard sur les institutions occidentales. Ce mouvement s‟est
encore amplifié au 19ème siècle et au 20ème siècle. Le savoir de l‟anthropologie a été
sollicité pour remettre en question ou comprendre plus en profondeur la société
contemporain.
Dans le modeste cadre de ce mémoire, il nous a semblé intéressant de tenter d‟utiliser
les concepts baudrillardiens, pour éclairer d‟une part certains aspects de la société
taiwanaise actuelle (très diverse avec une composante aborigène non négligeable) et
d‟autre part une série de phénomènes de recyclage d‟idées traditionnelles au sein de
discours publicitaires propres à Taiwan.
viii
Partie 2 Les sources des discours de Baudrillard
Baudrillard est né à Reims dans une famille d‟agriculteurs. Bien qu‟excellent élève et
après une scolarité à Henri IV, il n‟a pas continué sur un parcours « classique » pour
beaucoup d‟intellectuels français de sa génération, puisqu‟il n‟a pas intégré, comme
avaient pu le faire Roland Barthes, Gilles Deleuze, Michel Foucault ou Jacques Derrida,
l‟École Normale Supérieure (ENS). Formé à l‟école des langues de la Sorbonne, il a
obtenu un Capes d‟allemand grâce auquel il a enseigné pendant plusieurs année dans des
lycées en France. Son expérience de germaniste l‟a aussi conduit à traduire des ouvrages
allemands classiques comme le Dialogue d'exilés de Bertolt Brecht, L’idéologie allemande
de Karl Marx et Friedrich Engels, etc.. Par la suite, Baudrillard a enseigné aussi la
sociologie à l'université Paris X-Nanterre.
La logique de la pensée et l‟écriture de Baudrillard sont assez influencé par Jean
Baudrillard a été influencé par la pensée d‟Henri Lefebvre mais surtout de Roland Barthes,
auquel il est redevable de son approche sémiologique, fondée sur les théories linguistiques
de Ferdinand de Saussure. Au commencement de son oeuvre, Jean Baudrillard a été
également influencé par le structuralisme de Claude Lévi-Strauss. C‟est donc par la
présentation des concepts fondamentaux de la linguistique saussurienne que nous
commençons avant d‟aborder ceux du structuralisme de Lévi-Strauss. Suit l‟examen des
résultats principaux de l‟analyse sociologique de la société de consommation conduite par
Baudrillard, après laquelle nous exposerons les principales sources proprement
anthropologiques qu‟il a utilisé par la suite. A la fin de notre premier chapitre, nous
exposerons en détail la critique du marxisme effectuée par l‟auteur à partir de son ouvrage
Critique de l’économie politique du signe. Nous montrerons en particulier comment cette
critique s‟est portée sur le discours marxiste de l‟anthropologue Maurice Godelier.
ix
Dans les oeuvres dès La société de consommation à L’échange symbolique est la mort,
Baudrillard fait fréquemment mention du « signe ». Comme ce concept provient de
Saussure, il nous faut expliquer les théories de la linguistique structurale et de la
sémiologie. Selon Saussure, la langue est « un système de signes exprimant des idées, et
par là, comparable à l‟écriture, à l‟alphabet des sourdsmuets, aux rites symboliques, aux
formes de politesse, aux signaux militaires, etc., etc. Elle est seulement le plus important
de ces systèmes 1». De plus, « Dans la langue, comme dans tout système sémiologique, ce
qui distingue un signe, voilà tout ce qui le constitue. C‟est la différance qui fait le caractère,
comme elle fait la valeur et l‟unité 2». Dans ces conditions, le signe linguistique réunit
« non pas un nom et une chose, mais un concept et une image acoustique »3.
C‟est-à-dire le signifiant est l‟image acoustique d‟un mot et, le signifié est le concept
ou la représentation mentale d‟une chose. En d‟autres termes, une langue est un système de
coupure entre signifiant et signifié, système propre (selon Baudrillard) à l‟analyse moderne
du langage. C‟est précisément à partir de la critique de la coupure comme concept que
Baudrillard amorcera sa critique plus générale, sa déconstruction des modes de vie et
d‟action de la société moderne. Il le fera en particulier grâce à un autre concept, celui
d‟échange symbolique qui subsume à ses yeux tout ce qui sépare cette société de celles du
primitif.
À ses débuts, Baudrillard (comme presque tous les intellectuels français des années 60
et 70) a été influencé par Lévi-Strauss. Dans le discours de Lévi-Strauss, la structure est
d‟abord un système fait d‟oppositions terme à terme, à l‟image de la linguistique
structurale de Saussure et l‟anthropologie structurale se donne pour tâche de mettre en
1 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 2005, p. 33
2 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, p. 168
3 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, p. 98
x
lumière ces structures qui, fondamentalement, sont inconscientes et viennent en dernier
ressort des structures cérébrales humaines. Comme le dit Lévi-Strauss : « Si l‟activité
inconsciente de l‟esprit consiste à imposer des formes à un contenu, et si ces formes sont
fondamentalement les mêmes pour tous les esprits, anciens et modernes, primitifs et
civilisés, comme l‟étude de la fonction symbolique, il faut et il suffit d‟atteindre la
structure inconsciente, sous jacente à chaque institution et à chaque coutume, pour obtenir
un principe d‟interprétation valide pour d‟autres institutions et d‟autres coutumes. 4». En
d‟autres termes, pour Lévi-Strauss, « la notion de structure sociale ne se rapporte pas à la
réalité empirique, mais aux modèles construits d‟après celle-ci 5». Si dans ses premiers
ouvrages, Jean Baudrillard fait usage du structuralisme, il s‟opposera plus tard
explicitement à Lévi-Strauss en faisant du structuralisme un autre mode d‟analyse marqué
par la coupure, incapable selon lui de rendre compte de la réalité des peuples primitifs.
Les références anthropologiques que Baudrillard utilise sont centrées sur les
phénomènes du « don » et du « potlatch », qu‟il tire de Marcel Mauss. Jean Baudrillard fait
aussi usage dans son analyse de la société de consommation des théories de Marshal
Sahlins sur « la première société d‟abondance ». Par la suite, l‟auteur mentionnera la
théorie du système d‟échange de « Kula » de Malinowski.
C‟est à partir de ces données anthropologiques que Baudrillard construira son propre
concept d‟« échange symbolique », en particulier à partir des travaux de Mauss sur le
« don », qui devient le soubassement du système d‟échange généralisé caractérisant les
sociétés primitives. Comme le dit Baudrillard, « Concevant l‟échange comme une
opération entre deux termes séparés, préexistant isolément à l‟échange, il faut fonder
4 C. Lévi-Strauss, Anthropologie Structurale, Paris : Plon, 1974, p. 34
5 C. Lévu-Strauss, Anthropologie Structurale, p. 331
xi
l‟existence de celui-ci dans une double obligation : celle de donner et celle de rendre 6». Le
« potlatch » tel que décrit par Mauss est un type de rite des tribus du nord-ouest américain
(c‟est-à-dire aux Etats-Unis et au Canada). Le « potlatch » est une compétition de prestige
consistant à inviter les participants à cette compétition, et à rendre les invitations et les
cadeaux en donnant encore plus que ce qu‟on a reçu. Autrement dire, le prestige appartient
à ceux qui donnent le plus, les autres devenant les obligés du vainqueur.
Ce qui est donné comme évident dans la société moderne, c‟est-à-dire dans le discours
idéologique que la société moderne prononce sur elle-même (ce qu‟elle dit d‟elle-même),
c‟est que les temps modernes sont meilleurs que les temps anciens. Or, dans La société de
consommation, Baudrillard fait référence à Marshal Sahlins ( « La paléolithique, ou la
première société d‟abondance », pp. 90-92), qui dit que les sociétés très anciennes étaient
des sociétés à la vie relativement facile et aux ressources abondantes. Donc Baudrillard
examine le discours moderne sur l‟abondance mais pour dire qu‟en fait, la société moderne
en apparence d‟abondance, est en fait une société qui exploite la peur de la pénurie.
Le « Kula » pour Baudrillard, est un système d‟échange symbolique exact. Il s‟agit du
système de « Kula » décrit par B. Malinowski : c‟est un circuit d‟échanges d‟objets rituels
en Mélanésie, Papouasie Nouvelle-Guinée. Dans ce circuit, les objets qui sont échangés
dans un circuit maritime très long sont des colliers de coquillage sans valeur
immédiatement économique. Selon Malinowski :
Les échanges de ces articles doivent s‟effectuer conformément à un code précis. Le principe
essentiel en est que la transaction n‟a rien de commun avec une opération commerciale. Il faut
surtout que l‟objet remis en contrepartie soit de valeur égale à celui reçu, mais l‟estimation de
6 Jean Baudrillard, Pour une critique de l’ économie politique du signe, Paris : Gallimard, 1972, p. 70
xii
l‟équivalence est laissée au partenaire qui s‟acquitte en retour ; pour ce faire, ce dernier s‟en
rapportera à l‟usage et à sa propre conscience. Le cérémonial qui accompagne l‟acte de donner, la
manière de porter et de manipuler les objets montrent clairement qu‟on ne les tient pas pour de
simples marchandises. En fait, le vaygu‟a, c‟est, pour l‟indigène, quelque chose qui lui confére de
l‟importance, qui lui vaut de la considération, et voilà pourquoi il le regarde avec respect et
affection 7.
Touts ces théories anthropologiques que Baudrillard utilise lui servent à critiquer le
capitalisme et l‟idéologie de la société moderne. Cette critique n‟est pas limitée à la société
moderne puisque Baudrillard va jusqu‟à chercher, dans les écrits de certains
anthropologues modernes, les traces, l‟influence de conceptions qui relèvent d‟un discours
marxiste de la coupure, c‟est-à-dire au fond d‟un discours moderne. Dans Le miroir de la
production, Baudrillard critique la théorie sur la société primitive de Maurice Godelier.
Pour Godelier, « Dans une société primitive, les producteurs contrôlent leurs moyens de
production et leur propre travail ; que la production est plus orientée vers la satisfaction des
besoins que vers la recherche d‟un profit ; que l‟échange, lorsqu‟il existe, s‟opère selon des
principes culturellement déterminés d‟équivalence entre les biens et les services qui
circulent entre les partenaires de l‟échange 8».
Pour Baudrillard, au contraire, il n‟existe pas de « producteur » dans la société
primitive ; en d‟autres termes, la société primitive est en dehors de schémas de production
qui ne sont nés que dans le système de coupure caractérisant la société capitaliste à son
début : il n‟y a pas lieu d‟appliquer les structures d‟explication marxistes comme le fait
Godelier puisque les sociétés primitives ne « produisent » pas, elles s‟inscrivent dans un
7 Malinowski, Les argonautes du pacifique occidental, Paris : Gallimard, 1963, pp. 582-583
8 Jean Baudrillard, Le miroir de la production, Paris : Galilée, 1973, p. 81
xiii
système d‟échange généralisé, un dialogue que Baudrillard décrit sous le terme
d‟« échange symbolique » et où il n‟y a pas de coupure entre les différents acteurs du
dialogue. En effet, la production suppose une opposition entre une « nature » inerte et un
principe dynamique réservé aux seuls êtres humains. Pour Baudrillard, cette coupure est
une invention occidentale.
Concernant la critique du marxisme, Baudrillard indique « Tous les concepts
fondamentaux de l‟analyse marxiste sont à interroger à partir de son exigence même de
critique radicale et de dépassement de l‟économie politique 9 ». Dans la conception
marxiste, l‟homme se sépare des animaux par le « travail » ; à ces conditions, « Avant de
devenir valeur d‟échange ou valeur d‟usage, elle [la force de travail] est déjà, comme
n‟importe quelle marchandise, le signe de l‟opération de la nature en valeur 10». Au
contraire, pour Baudrillard l‟homme n‟est pas séparé des animaux dans la société primitive,
parce qu‟il n‟y a pas de concept de « travail » et de « production ». L‟homme est dans un
rapport constant d‟échange symbolique avec non seulement les animaux mais aussi avec le
reste du monde.
D‟après Baudrillard, « Il n‟y a pas de mode de production ni de production dans les
sociétés primitives, il n‟y a pas de dialectique dans les sociétés primitives, il n‟y a pas
d’inconscient dans les sociétés primitives. Tout ceci n‟analyse que nos sociétés régies par
l‟économie politique 11». En plus, Baudrillard critique aussi la théorie de la « valeur » de
Marx. Pour Marx, la « valeur d‟échange » (égal le travail social abstrait) est produite et se
términe par la « valeur d‟usage » (c‟est-à-dire le travail concret). Selon Baudrillard, la
« valeur d‟usage » provient de la « valeur d‟échange », comme le « signifié » est constuit
9 Jean Baudrillard, Le miroir de la production, p. 17
10 Jean Baudrillard, Le miroir de la production, pp. 26-27
11 Jean Baudrillard, Le miroir de la production, p. 49
xiv
par le « signifiant ». Dans les sociétés primitives, il n‟y a pas de coupure entre « valeur
d‟usage » et « valeur d‟échange ». Pour Baudrillard, cette coupure qui elle celle du signe
donne lieu à un système global d‟équivalence de signes, lequel n‟est pas du tout semblable
au système d‟échange symbolique qui lui n‟est bâti sur aucune coupure.
xv
Partie 3 Autour de L’échange symbolique et la mort
Notre second chapitre est construit autour de L’échange symbolique et la mort. Nous
introduisons l‟ouvrage et ses lignes de force d‟abord, et puis, la théorie du « système de
coupure » de Baudrillard premièrement à travers la thématique des discours sur le cadavre
et la mort, reprenant une partie du discours de George Bataille. La relation entre « la mort »
et « l‟échange symbolique » est le point le plus important dans ce chapitre. Pour la fin de
ce chapitre, nous comparons « l‟échange symbolique » dans la société primitive avec
« l‟échange économique » dans la société moderne selon les théories de Baudrillard.
Il y a six chapitres dans L’échange symbolique et la mort : dans les chapitres 1 et 2,
Baudrillard critique sur la société moderne et le marxisme en reprenant ses analyses
antérieures sur « le travail », « la production », « la valeur » et « la salaire », notions qu‟il
retravaille en les intégrant dans sa définition des 3 ordres de « simulacre » 12. Dans les
chapitres 3 et 4, Baudrillard éclaire l‟idéologie du capitalisme, à travers les catégories de
« la mode », « la marchandise », « le signe » et « le code ». D‟autres thèmes, celui de « la
femme » et du « corps », sont envisagés dans le cadre d‟une comparaison systématique
entre l‟ordre du symbolique (sociétés primitives) et l‟ordre du signe ou du code (société
mderne). Dans le chapitre 5, Baudrillard procède à ce même type de comparaison à partir
du thème de « la mort », tout en prenant en compte et en critiquant les théories de Bataille
et Freud. A la fin du livre Baudrillard reprend la sémiologie de Saussure et le psychologie
de Freud pour éclaircir certains aspects de « l‟échange symbolique » dans domaine de la
langue et l‟inconscient. De cette partie, nous avons retenu cette citation : « la pratique
linguistique immédiate, quotidienne, celle de la parole et du « sujet parlant » n‟a cure de la
12 “ Le simulacre de 1er ordre joue sur la loi naturelle de la valeur, celui de 2e ordre sur la loi marchande de
valeur, celui de 3e ordre sur la loi structurale de la valeur.”, Baudrillard, L’échange symbolique et la mort,
Paris : Gallimard, 1976, p.77
xvi
distinction entre le signe et le monde (ni de celle entre signifiant et signifié, ni l‟arbitraire
du signe, etc.)13 ». En d‟autres termes, bien que la société moderne soit fondée sur le
principe de l‟équivalence générale du signe, il reste dans la pratique quotidienne du
langage, ce qui appartient à l‟échange symbolique, à savoir l‟absence de coupure entre
l‟homme (et son discours) et le monde.
D‟après Baudrillard, il existe« un système de coupure » dans la société moderne, par
exemple : nous séparons l‟homme et la femme, le signifiant et le signifié, la valeur d‟usage
et la valeur d‟échange, culture et nautre, l‟être humain et l‟animal, etc.. Selon Lévi-Strauss,
« la fonction de l‟univers symbolique est de résoudre sur le plan idéal ce qui est vécu
comme contradictoire sur le plan réel 14». Au contraire, Baudrillard indique qu‟il n‟y a pas
de système de coupure dans la société primitive, il n‟y a que le « symbolique ». D‟après lui
« Le symbolique n‟est ni un concept, ni une instance ou une catégorie, ni une « structure »,
mais un acte d‟échange et un repport social qui met fin au réel, qui résout le réel, et du
même coup l‟opposition entre le réel et l‟imaginaire 15».En d‟autres termes, alors que la
société primitive, du fait de l‟inexistence de la coupure n‟a pas d‟imaginaire, c‟est-à-dire
d‟image-miroir née de cette coupure, la société moderne est une société cherchant
désespérément sa propre image, dans le miroir de ses concepts de séparation.
Cette notion de coupure permet à Baudrillard de s‟opposer sur certains points à
Bataille, pour lequel il y a différence entre l‟homme et l‟animal, différence marquée par
« la conscience ». Pour Bataille, nous nous séparons d‟avec l‟animal et d‟avec la nature ; à
l‟inverse, pour l‟animal, « Inévitablement, devant nos yeux, l‟animal est dans le monde
13 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 320.
14 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 206
15 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 204
xvii
comme l‟eau dans l‟eau 16». Baudrillard « corrige » également d‟autres conceptions de
Bataille, pour lequel la vie est un cycle de prodigalité et de « dépense » gratuite, cycle dans
lequel la mort est un luxe.
En revanche, Baudrillard reprend l‟idée de la mort comme défi : « Le luxe et l‟excès
ne sont pas des fonctions et ne sont inscrits ni dans le corps ni dans le monde. La mort non
plus, cette mort symbolique, somptueuse, qui est de l‟ordre du défi, n‟est inscrite
contrairement à la mort biologique, dans aucun corps ni dans aucune nature 17». Autrement
dit, Baudrillard, à partir de Bataille (« Au lieu d‟instituer la mort comme régulation des
tensions et fonction d‟équilibre, comme économie de pulsion, Bataille l‟introduit à
l‟inverse comme paroxysme des échanges, surabondance et excès 18») réintroduit la mort
dans le cycle de l‟échange symbolique, défini alors comme le perpétuel dialogue-défi entre
deux partenaires.
Baudrillard définit au contraire la société moderne comme société de mort,
précisément et paradoxalement parce que la mort est devenue insupportable à cette société.
Le contraste que Baudrillard opère entre société primitive et société moderne lui permet de
développer ce point sur le thème de la vieillesse. La société moderne refuse l‟ordre
symbolique en général et en particulier à la vieillesse : elle permet aux « vieux » d‟exister
(dans la marge) uniquement comme preuve de sa capacité d‟accumulation : « La société les
[vieillards] entretient comme modèles de valeur d‟usage de la vie, d‟accumulation et
d‟épargne. C‟est bien pourquoi ils [vieillards] n‟ont plus dans notre société aucune
présence symbolique 19».
16 Bataille, Théorie de la religion, Paris, Éditions Gallimard, 1957, p. 33
17 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 240
18 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, pp. 236-237
19 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 249
xviii
En d‟autres termes, « nous voyons croître simultanément dans nos société l‟espérance
de vie et la ségrégation des vieillards comme asociaux 20». Le troisième âge est signe d‟une
victoire sur la mort mais est en même objet de dégoût en raison de sa proximité avec la
mort. Pour les sociétés modernes, la mort est une soustraction sans valeur, avec laquelle il
n‟y a pas lieu d‟échanger puisqu‟elle n‟est même pas l‟équivalent d‟un autre signe que
celui de l‟absence. Au contraire, « Dans d‟autres formations sociales, la vieillesse, elle,
existe véritablement, comme pivot symbolique du groupe. Le statut de vieillard, que
parachève celui d‟ancêtre, est le plus prestigieux 21». En d‟autres termes, les sociétés
primitives font de la vieillesse une richesse « réelle » toujours prête à être échangée ou
donnée alors que pour la société moderne, la vieillesse n‟a plus rien à donner, elle n‟est que
le résultat d‟une accumulation dérisoire.
Toujours dans le registre de la mort, Baudrillard met en lumière la coupure
caractérisant la société moderne pour laquelle seulement existe le concept de « mort
naturelle », opposée à la mort violente ou accidentelle. Pas plus que la « nature », il
n‟existe dans la société primitive de concept de « la mort naturelle », parce que « toute
mort est sociale, publique, collective, et c‟est toujours l‟effet d‟une volonté adverse qui
doit être absorbée par le groupe (pas de biologie) 22». Pour plus nettement dire, le concept
de la mort chez les primitifs est un chemin pour entrer dans le système d‟échange
symbolique « car cette conception chez les „primitifs‟ correspondait à la logique de leurs
échanges réciproques et ambivalents avec tout ce qui les entourait, si bien que même les
catastrophes naturelles et la mort étaient intelligibles dans le cadre de leurs structures
sociales 23».
20 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 198
21 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 249
22 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 251
23 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 247
xix
En revanche, d‟après Baudrillard, le concept de la « mort naturelle » dans la société
moderne est un effet d‟une structure fondée sur la loi du capital et de l‟accumulation. En ce
cas là, « la mort violente », « anti-naturelle », devient un scandale qui doit être corrigé, la
vie (et donc la mort) ne pouvant échapper au processus d‟accumulation réglé par les signes.
Toute « dépense » doit en effet être rationalisée et réintroduite dans le cycle des échanges
« commerciaux ».
Viennent ensuite les réflexions de Jean Baudrillard sur « la peine de mort ». Chez
l‟auteur le contraste entre sociétés primitives et modernes fait apparaître de grandes
différences dans ce domaine car « La procédure primitive ne connaît que des réciprocités :
clan contre clan – mort contre mort (don contre don). Nous ne connaissons qu‟un système
d‟équivalences (mort pour mort) entre deux termes aussi abstraits que dans l‟échenge
économique : la société et l‟individu 24». Donc, dans la société primitive, la mort est
toujours fonction et mise en oeuvre de l‟échange symbolique. En d‟autres termes, chez les
primitifs, hommes ou animaux participent pleinement à cette « expiation rituelle »,
c‟est-à-dire que la peine de mort est un autre système d‟échange symbolique. Comme la
mort et la peine de mort sont inclus originairement dans le système de l‟échange
symbolique, la société moderne qui refuse la mort refuse du même coup et veut se situer en
dehors de cet échange.
Suivant Baudrillard, nous excluson non seulement la mort, les vieillards, mais aussi le
cadavre de nos jours. Du point de vue de Baudrillard, le sol, l‟animal, ce que les modernes
appellent l‟ordre naturel ou la nature, la mort et le cadavre participent pour les primitifs du
même système d‟échange. Pour eux, la mort et le cadavre sont dans un rapport social total,
sont des éléments entrant au même titre dans le cycle du « don » et « contre-don », sont un
24 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 260
xx
chemin pour faire un échange symbolique avec les ancêtres et les dieux. Dans L’échange
symbolique et la mort, Baudrillard explique que l‟« initiation » chez les primitifs est un
échange symbolique entre les vivants et les morts : « au sens que leur [les jeunes candidats
à l‟initiation] mort devient l‟enjeu d‟un échange réciproque /antagoniste entre les ancêtres
et les vivants et, au lieu d‟une coupure, instaure un rapport social entre des partenaires, une
circulation de dons et de contre-dons aussi intense que la circulation de biens précieux et
de femmes – jeu de réponses incessant où la mort ne peut plus s‟installer comme fin ou
comme instance 25».
Dans la société moderne, il y a au contraire une coupure entre la vie et la mort,
c‟est-à-dire entre les vivants et les cadavres. La mort et le cadavre sont du ressort du
biologique et du scientifique, le cadavre étant le modèle idéal du corps, et ne sont plus
conçus que comme des objets séparés, avec lesquels il n‟y a plus de possibilité d‟échange :
le cadavre est caché, dissimulé, mis au rebut. Selon Baudrillard « Contre l‟illusion insensée
des vivants de se vouloir vivants à l‟exclusion des morts, contre l‟illusion de réduire la vie
à une plus-value absolue en en retranchant la mort, la logique indestructible de l‟échange
symbolique rétablit l‟équivalence de la vie et de la mort – dans la fatalité indifférente de la
survie 26» ; et « Il y a dans tout cela le refus de laisser la mort signifier, prendre force de
signe 27», de signe, c‟est-à-dire de signification dans l‟ordre symbolique. En d‟autres
termes, « l‟échange symbolique » n‟arrete jamais dans la société primitive, même pas
jusqu‟à la mort ; mais dans la société moderne, dominée par l‟idéologie de l‟équivalence
générale des signes, « la mort » et « le cadavre » sont seulement la fin et le terme de la vie,
un reste inutilisable, sans plus aucune valeur susceptible d‟être partie prenante, même dans
le cadre d‟un échange/équivalence de signes-codes.
25 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 203
26 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 197
27 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 275
xxi
Tout ceci est lié à l‟appréhension différentielle du corps. Quand Baudrillard parle de
« l‟échange symbolique » dans la société primitive et de « l‟échange économique » dans la
société moderne, la différence porte sur l‟absence ou la présence de la coupure. Chez les
primitifs, meurtres et cannibalisme sont des actes sociaux qui suivent en tout le dispositif
de l‟obligation symbolique. De plus, le primitif entre en dialogue avec le monde, sans faire
de séparation entre lui (son corps, dont toutes les parties peuvent entre en dialogue avec
lui-même) et le monde. Baudrillard parle dans ce cas de « relation duelle ». En revanche,
dans la société moderne, le concept d‟individualité « séparée » conduit à la perte de soi, à
l‟aliénation, le double devenant en quelque sorte l‟incarnation de la folie : « [chez les
primitifs] l‟être s‟y démultiplie en d‟innombrables autres, aussi vivants que lui, alors que le
sujet unifié, individué, ne peut que s‟affronter à lui-même dans l‟aliénation et dans la
mort 28».
Pour Baudrillard en effet, la société moderne est dominée par la coupure, la séparation,
l‟impossibilité de l‟échange symbolique et c‟est ce qui conduit au développement de la
psychanalyse, symptôme en quelque sorte de cette séparation : « Toute notre culture est
pleine de cette hantise du double séparé, /.../ Un moment vient en effet où les choses les
plus proches, qui sont comme notre propre corps, et ce corps lui-même, notre voix, notre
image, tombent dans la séparation 29». Avec la coupure, les modernes se séparent d‟avec
leur double dans un refus du système d‟échange symbolique. Les échanges ne sont plus
que de signe et de code, dans le cadre de l‟idéologie d‟un système économique dominé par
l‟équivalent de la valeur.
28 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 217
29 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 218
xxii
Partie 4 L’échange symbolique et les sociétés modernes
Dans notre chapitre 3, nous abordons la dialectique de l‟échange symbolique et de
celui des signes à travers une série de thèmes, principalement développés dans L’échange
symbolique et la mort. Reprenant les conclusions du chapitre 2, nous précisons d‟abord le
deuxième terme des comparaisons faites par l‟auteur entre société moderne et sociétés
primitives, à savoir le signe et le code. Il ressort du discours de Baudrillard que signes et
codes (ce qu‟il appelle un système d‟« objectivation par le code ») sont avant tout des
instruments de discrimination, dont nous exposons quelques exemples (femmes, primitifs,
gens de couleur…). Le code est un instrument essentiel de la violence sociale moderne :
« le Noir émancipé ou embourgeoisé reste Noir, comme l‟immigré prolétarisé reste d‟abord
immigré, comme le Juif reste Juif – le code resurgit avec plus de violence encore de tout ce
qui semblait devoir le réduite 30».
Cette discrimination porte certes sur les corps mais est aussi conséquence d‟un rapport
au corps qui n‟est plus au sein de l‟échange symbolique. Derrière le corps, Jean Baudrillard
fait remarquer que se profile le cadavre, cet idéal type du corps marchandise. Et derrière ce
corps marchandise, il faut discerner le corps par excellence de la société moderne : le corps
féminin.
Quand Baudrillard (dans L’échange symbolique et la mort) parle du corps de la
femme, il l‟enveloppe dans les deux concepts du « phallus » et de la « castration » : « parce
que celui-ci [le corps féminin], privé de pénis, se prête le mieux à l‟équivalence générale
phallique. Si le corps masculin ne supporte pas, de loin, le même rendement érotique, c‟est
qu‟il ne permet ni le reppel fascinant de la castration, ni le spectacle de son dépassement
30 Baudrillard, Le miroir de la production, Paris : Galilée, 1973, p. 153
xxiii
continuel. Il ne peut jamais vraiment devenir objet lisse, clos, parfait : marqué de la
« vraie » marque 31». En d‟autres termes, les parties séparées du corps de la femme (bras,
jambes, doigts, cou, etc.), sont autant d‟« effigie(s) phallique(s) », qui sont partie prenante
d‟un monde moderne dominé par la coupure, c‟est-à-dire par la césure qui instaure à la fois
le signe et la nécessité de son échange. Le recours à la notion de césure, représentée par
celle de castration, permet à Baudrillard de montrer en quoi ses propres conceptions du
symbolique s‟opposent par exemple à celles de Lévi-Strauss (qui fonde une grande partie
de ses observations sur les sociétés humaines sur l‟existence d‟une différentiation nette
entre « nature » et culture ») : « La Loi ni la Nécessité n‟existent au niveau de la
réciprocité et de l‟échange symbolique, où cette césure d‟avec la nature, qui entraîne
l‟irréversibilité de la castration et, par voie de conséquence, tout le devenir de l‟histoire et
le devenir de l‟inconscient n‟a pas lieu. La loi dans ce sens, qu‟on dit fondatrice de l‟ordre
symbolique et de l‟échange, apparaît bien plutôt comme résultante de la rupture de
l‟échange et de la perte du symbolique 32».
Même dans les domaines où il semble y avoir homologie, le rapport au corps-unité
dans la société moderne, est à l‟opposé de celui des sociétés primitives. Ainsi, la nudité
prend une coloration exclusive de « fonction sexuelle » réduite à l‟état de signe (La nudité
moderne et fonctionnelle n‟implique plus du tout cette ambivalence, ni donc de fonction
symbolique profonde, puisqu‟elle révèle un corps tout entier positivé par le sexe comme
valeur culturelle, comme modèle d‟accomplissement, comme emblème, comme morale (ou
immoralité ludique, ce qui est la même chose), et non pas un corps divisé, refendu par le
sexe 33») et même la libération des corps (dans l‟idéologie moderne des vacances) n‟est
qu‟un effet de signe : la nudité « n‟a pris cette valeur « originelle » que dans le
31 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 159, ital. de l‟auteur.
32 Baudrillard, Le miroir de la production, p. 65
33 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 108
xxiv
refoulement – et le libérer en tant que tel, selon l’illusion naturaliste, c’est le libérer en
tant que refoulé 34».
De même, la mode prend les apparences de la parure rituelle, mais en les recyclant
dans le flux continu des équivalences de signes. Comme telle, la mode est l‟incarnation
parfaite, le « symbole » accompli de la mort de l‟échange symbolique. Cette mort de
l‟échange symbolique est également obtenue par le truchement de la publicité, qui absorbe
toute la réalité sociale. La publicité, du point de vue de Baudrillard, est un « médium
autonomisé, c‟est-à-dire ne renvoyant pas à des objets réels, à un monde réel, à un
référentiel, mais d‟un signe à l‟autre, d‟un objet à l‟autre, d‟un consommateur à l‟autre 35».
A la fin du chapitre 3, il nous a paru intéressant de nous tourner vers la société
taiwanaise, pour en quelque sorte « mettre à l‟épreuve » Baudrillard. Celui-ci évoluait dans
une société moderne occidentale, la société française. Si la société taiwanaise est bien
entrée dans la modernité économique, peut-on dire qu‟elle a engagé cette modernité dans
les mêmes termes que l‟Europe ? Nous avons conduit notre recherche sur deux types de
faits, le premier concernant les sociétés aborigènes de Taiwan ( « primitifs » aux yeux de la
société taiwanaise), le second étant constitué par certains phénomènes sociaux de la société
taiwanaise (dans sa composante chinoise).
34 Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p. 163
35 Baudrillard, La société de consommation, Paris : Denoël, 1970, p. 192
xxv
Partie 5 Conclusion
Baudrillard n‟est pas anthropologue et ses références anthropologiques lui sont avant
tout un instrument de critique de la société moderne, ce qui lui permet de mettre en regard
le moderne (et son imaginaire – ce qui est le monde de la coupure) et l‟ancien (ou le
primitif, c‟est-à-dire le monde de la non-coupure, de l‟échange symbolique, de la non
accumulation). Lorsque nous avons mis en regard les théories de Baudrillard avec certains
aspects de la société taiwanaise, nous avons constaté deux choses :
Premièrement, les instruments de la publicité moderne, aussi envahissantes à Taiwan
qu‟en Occident, font appel à et recyclent des éléments issus de ce nous appelons la
tradition taiwanaise ; ces éléments sont réduits à des signes, et introduits dans un schéma
d‟échange déjà séparé des pratiques traditionnelles.
Deuxièmement, on trouve au sein de la société taiwanaise d‟autres éléments (qui ne
sont pas des survivances) qui témoignent de la continuité d‟un type de fait social relevant
de l‟échange symbolique. C‟est en particulier le cas dans le domaine des usages funéraires
et religieux. On peut dire d‟une certaine manière que la société Taiwanaise est une société
mixte, une société que le signe n‟a pas dévorée en entier.
論文目次 目 錄
緒論 ............................................................................................................................................... 1
I 研究動機 ..................................................................................................................... 1
II 研究目的 ..................................................................................................................... 4
III 研究方法 ..................................................................................................................... 5
IV 論文架構 ..................................................................................................................... 7
V 名詞釋義 ..................................................................................................................... 9
第一章 布希亞之人類學概念根源 ............................................................................. 15
第一節 結構語言學與結構主義之餘布希亞 ........................................................... 17
第二節 布希亞之人類學概念根源 ............................................................................ 26
第三節 布希亞對馬克思主義思想之批判 ............................................................... 35
第二章 布希亞之《象徵交換與死亡》理論 ......................................................... 47
第一節 《象徵交換與死亡》之概念與結構 ........................................................... 48
第二節 死亡與象徵交換 ............................................................................................. 55
第三節 象徵交換與經濟交換 ..................................................................................... 67
第三章 象徵交換與現代社會 ....................................................................................... 73
第一節 象徵交換中之身體與性 ................................................................................ 74
第二節 消費社會之基本架構 ..................................................................................... 84
第三節 象徵交換與台灣社會 ..................................................................................... 98
結論 ........................................................................................................................................... 119
參考書目 ......................................................................................................................... 125
附錄 ................................................................................................................................. 137
人名與專有名詞索引 .................................................................................................... 147

圖目錄
[圖 1]:論文結構圖 ..................................................................................................................... 8
[圖 2]:「切割系統」示意圖 .................................................................................................. 51
表目錄
[表 1]:布希亞解讀下之「馬克思價值系統」 .................................................................... 42
[表 2]:布希亞觀點之「價值系統」 ..................................................................................... 43
[表 3]:布希亞思考邏輯之演變 .............................................................................................. 45
參考文獻 參考書目

I. 布希亞著作參考書目(按出版年代排序)
Baudrillard, Jean, Le système des objets, Paris : Gallimard, 1968

──, La société de consommation, Paris : Denoël, 1970

──, Pour une critique de l’ économie politique du signe, Paris : Gallimard, 1972

──, Le miroir de la production, Paris : Galilée, 1973

──, L’Échange symbolique et la mort, Paris : Gallimard, 1976

──, De la séduction, Paris : Denoël, 1979

──, Simulacres et simulation, Paris : Galilée, 1981

布希亞著作書目中文譯本
Baudrillard, Jean,《物體系》(Le système des objets),林志明譯,台北市:時報文化出版,1997

──,《擬仿物與擬像》(Simulacres et simulation),洪凌譯,台北市:時報文化出版,1998

──,《消費社會》(La société de consommation),劉成富、全志鋼譯,南京:南京大學出版,2000

──,《生產之鏡》(Le miroir de la production),仰海峰譯,北京:中央編譯,2005

──,《象徵交換與死亡》(L’Échange symbolique et la mort),車槿山譯,南京:譯林出版,2006

──,《符號政治經濟學批判》(Pour une critique de l’ économie politique du signe),夏瑩譯,南京:南京大學出版,2009

II. 西文書與中譯本參考書目
A. 西文參考書目
Barthes, Roland, Mythologies, Paris : Éditions du Seuil, 1957

Bataille, Georges, L’Érotisme, Paris : Les É ditions de Minuit, 1957

Bataille, G., Théorie de la religion, Paris : Gallimard, 1957

Bataille, G., La part maudite, Paris : La Notion de Dépense, 1967

Bataille, G., L’expérience intérieure, Paris : Gallimard, 1978

Bourdieu, Pierre, et Passeron, Jean-Claude, Les héritiers, Paris : Editions de Minuit, 1964

Bourdieu, Pierre, La distinction : critique sociale du jugement, Paris : Les éditions de Minuit, 1979

Caillé, Alain, Anthropologie du Don, Paris : Édition DDB, 2000

Clastres, Pierre, La Société contre l'État, Paris : Minuit, 1974

Debord, Guy, La société du spectacle, Paris : Gallimard, 1992

Dosse, François, Histoire du structuralisme, t.1 et 2., Paris : La découverte, 1992

Durkheim, Émile, Mauss, Marcel, De quelques formes primitives de classification, Paris : PUF, 1903

Foucault, Michel, Folie et déraison : Histoire de la folie à l’âge Classique, Paris : Libraire Plon, 1961

Godelier, Maurice, L’énigme du don, Paris : Fayard, 1996

Godelier, M., et Panoff, Michel, La production du corps, Amsterdam : éditions des archives contemporaines, 1998

Godelier, M., Au fondement des sociétés humaines, Paris : Albin Michel, 2007

Haber, Stéphane, Critique de l'antinaturalisme, Paris : PUF, 2006

Lévi-Strauss, Claude, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris : PUF, 1949

Lévi-Strauss, C., Tristes tropiques, Paris : Plon, 1955

Lévi-Strauss, C., Anthropologie structurale, Paris : Plon, 1974

Malinowski, Bronislaw, Les argonautes du pacifique occidental, traduit de André et Simonne DEVYVER, Paris : Gallimard, 1963

Marx, Karl, Manuscrits de 1844, traduction inédite de Jacques-Pierre Gougeon, Paris : Flammarion, 1966

Marx, K., Le Capitale : Critique de l’économie politique, Paris : PUF, 2006

Mauss, Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris : PUF, 1985

Mercier, Paul, Histoire de l’anthropologie, Paris : PUF, 1984

Saussure, Ferdinand, Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 2005

Smith, Richard G., The Baudrillard Dictionary, Edinburgh : Edinburgh University press,2010

Singer, Peter, Animal liberation, New York : New York Review of Books, 1990

Yvonnet, François et., L’Herne Baudrillard, Paris : Herne, 2004

B. 西文參考書目中譯本
Barthes, Roland,《神話學》(Mythologies),許薔薔、許綺玲譯,台北市:桂冠圖書公司,1998

Barthes, Roland, Baudrillard, Jean et.,《形象的修辭:廣告與當代社會理論》,吳瓊、杜予編,北京:中國人民大學出版,2005

Bataille, Georges,《色情史》(L’Érotisme),劉暉譯,北京市:商務印書館,2003

Boas, Franz,《人類學與現代生活》(Anthropology and modern life),劉莎、譚曉勤、張卓宏譯,北京:華夏出版社,1999

Carrithers, Michael,《我們為什麼有文化:闡釋人類學和社會多樣》(Why humans have cultures:explaining anthropology and social diversity),陳豐譯,瀋陽市:遼寧教育出版社,1998

Debord, Guy,,《景觀社會》,王昭鳳譯,南京:南京大學出版,2007

Dominik Schröder, Anton Quack,《知本卑南族的出草儀式:一個文獻》(Kopfjagdriten der Puyuma von Katipol (Taiwan). Eine Textdokumentation),林文玲、陳瀅如譯,台北市:中央研究院民族學研究所編譯,2009

Durkheim, Émile, Mauss, Marcel,《原始分類》(De quelques formes primitives de classification),汲喆譯,上海:人民出版社,2000

Featherstone, Mike ,《消費文化與後現代主義》(Consumer Culture and Postmodernisme),劉精明譯,南京:譯林出版,2000

Freud, Sigmund,《超越快樂原則》(Au-delà du principe de plaisir),楊韶剛、高申春等譯,台北市:知書房,2000

Friske, John,《傳播符號學理論》(Introduction to Communication Studies),張錦華等譯,台北市:遠流出版,1995

Horrocks, Cristopher,《布希亞與千禧年》(Baudrillard and the Millennium),詹乃璇、周汶昊譯,台北市:城邦文化,2002

Jacques Lacan, Jean Baudrillard et.,《視覺文化的奇觀:視覺文化總論》,吳瓊編,北京:中國人民大學出版,2005(「擬像的進程」,夏小燕譯,p. 79-124)

Jhally, Sut,《廣告的符碼》(The Codes of Advertising),馮建三譯,台北市:遠流出版,1992

Kellner, Douglas,《波德里亞:批判性的讀本》(Baudrillard : A Critical Reader),陳維振、陳明達、王峰譯,南京:江蘇人民出版,2005

Lévi-Strauss, Claude,《結構人類學》(Anthropologie structurale),陸曉禾、黃錫光 等譯,北京:文化藝術出版,1989

Lévi-Strauss, Claude,《結構人類學》(Anthropologie structurale),謝維揚、俞宣孟譯,上海:上海譯文出版,1995

Malinowski, Bronislaw,《西太平洋的航海者》(Argonauts of the Western Pacific),梁永佳、李紹明譯,北京:華夏出版社,2002

Marx, Karl, 《1844 年經濟學哲學手稿》(Manuscrits de 1844),伊海宇譯,台北市:時報文化,1990

Marx, Karl, 《資本論》(Le Capital),吳家駟譯,台北市:時報文化,1990

Mauss, Marcel,《禮物:舊社會中交換的形式與功能》(Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques),汪宜貞、何翠萍譯,台北市:遠流出版,1989

Mauss, Marcel,《禮物──古式社會中交換的形式與理由》(Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques),汲喆譯,上海:人民出版社,2002

Saussure, Ferdinand,《普通語言學教程》(Cours de linguistique générale),高名凱譯,北京:商務印書館,1980

Singer, Peter,《動物解放》(Animal liberation),孟祥森、錢永祥譯,新店市:學英文化事業公司,1996

Steel, Jon,《廣告的真實與謊言》(Truth Lies and Advertising),岳心怡譯,台北市:城邦文化,2002

Storey, John,《文化消費與日常生活》(Cultural Consumption and Everyday Life),張君玫譯,台北市:巨流,2001

III. 中文參考書目
山海文化編輯,《台灣原住民與人類學家》,台北市:山海文化雜誌社,1994

王嵩山,《台灣原住民的社會與文化》,台北市 : 聯經出版事業公司,2001

王蜀桂,《台灣檳榔四季情》,台北市:常民文化,1999

王煒昶,《台灣原住民:祭典的盛會》,台北市:南天書局,2004

田哲益,《台灣原住民的社會與文化》,台北市:武陵出版公司,2001

仰海峰,《走向後馬克思:從生產之鏡到符號之鏡:早期鮑德里亞的思想文本學解讀》,北京市:中央編譯出版,2004

宋宣,《結構主義語言學思想發微》,成都:巴蜀書社,2004

李亦園,《人類學與現代社會》,台北:Airiti Press Inc.,2010

季桂保,《布希亞》,台北市:生智文化,2002

林呈綠、黃振家、錢大慧,《台灣廣告50 年:23 個關鍵時間點》,台北市:北市廣告工會,2009

林美容,《人類學與台灣》,台北縣:稻鄉出版社,1989

明立國,《台灣原住民族的祭禮》,台北市:臺原出版,1989

胡台麗、劉璧榛主編,《台灣原住民巫師與儀式展演》,台北市:中研院民族所,2010

姜新立,《馬克思主義哲學的貧困》,台北市:黎明文化事業公司,1976

高亞春,《符號與象徵-波德里亞消費社會批判理論研究》,北京市:人民出版社,2007

高宣揚,《結構主義》,台北市:遠流出版,1990

高宣揚,《流行文化社會學》,北京市:中國人民大學出版社,2006

郭良文等,《台灣的廣告發展》,台北市:學富文化,2001

張紹杰,《語言符號任意性研究:索緒爾語言哲學思想探索》,上海:上海外與教育出版社,2003

梁永安等,《佛洛依德傳》,台北市:立續文化,2002

湯淺博雄,《巴塔耶:消盡》,石家庄:河北教育出版社,2001

鄔昆如,《西洋哲學史話》,台北市:三民出版社,1977

鈴木質,《台灣原住民風俗誌》,台北市:臺原出版,1992

劉向(漢),《古烈女傳》,台北市:台灣商務印書館,1966

鄭自隆,《廣告與台灣社會變遷》,台北市:華泰文化,2008

IV. 相關博碩士論文
于昌民,《消費者自我贈禮與消費罪惡感之關係》,台北:政治大學企業管理研究所,2005

呂思慧,《布希亞的文化消費理論:以宗教迎神活動為例》,台北:淡江大學法國語文學系研究所,2009

洪素梅,《消費社會的壟斷機制》,台北:政治大學社會學研究所,1997

莊宗憲,《消費社會 : 大眾文化與後現代》,台北:政治大學社會學研究所,1994

郭景捷,《符碼複寫》,台北:台北藝術大學造型研究所,2008

陳采怡,《論布希亞的《美國》-美國形象的生產與消費》,台北:淡江大學法國語文學系研究所,2009

黃玉婷,《宗教文化消費的當代形式:以法國社會的基督教信
仰為例》,台北:淡江大學法國語文學系研究所,2008

鄧宜菁,《重繪美國-布希亞《美國》之研究》,台北:台灣大學外國語文學系研究所,1995

鄧敏宏,《從羅蘭巴特與布希亞看流行文化的未來發展趨勢》,宜蘭:佛光大學未來學研究所,2004

盧芳盈,《自我贈禮與消費價值關係之研究》,嘉義:中正大學行銷管理研究所,2006

蕭清華,《真亦假時假亦真:談台灣名牌精品與仿冒品消費的人類學反思》,新竹:清華大學人類學研究所,2006

鐘宇嶔,《消費者對置入式廣告的體驗與置入產品態度關係之研究》,台北:淡江大學企業管理學系,2005

V. 相關期刊
A. 西文期刊
Meillassoux, Claude, < L'anthropologie de Marx >, Economies et sociétés, Vol. 28, No.6-7, 1994, pp. 119-131.

Hefner, Robert, < Baudrillard‟s Noble Anthropology: The Image of Symbolic Exchange in Political Economy >, SubStance, Vol. 6/7, No. 17, Autumn, 1977, pp. 105-113.

B. 中文期刊
孔明安,〈從物的消費到符號消費-鮑德里亞的消費文化理論研究〉,《哲學研究》,第十一期,北京:哲學研究雜誌社,2002,頁68-74

布希亞,〈消費社會與消費慾望〉,蔡崇隆譯,《當代》,第六十五期,台北市:合志文化事業公司,1991,頁48-71

宋光宇,〈蜈蚣閣.藝閣.電子花車-一個歷史的觀察〉,《歷史月刊》,第八十二期,台北市:歷史智庫出版,1994,頁74-85

吳金泰,〈蜈蚣閣.藝閣.電子花車-一個歷史現象的再觀察〉,《台灣風物》,第四十七卷,第一期,台北市:歷史智庫出版,1997,頁95-107

吳柏嘉,〈從《神話學》與《物體系》談當代藝術創作中的公仔符碼〉,《藝文薈萃》,第五期,台北市:八大聯合畫會,2009,頁16-22

吳錫德,〈我們都低估了語言〉,中國時報,2005 年6 月9 日

林志明,〈布希亞:社會學家或形上學家?〉,《歐美研究》,第三十二卷,第三期,台北市:中央研究院歐美研究所,2002,頁469-497

林富士,〈檳榔入華考〉,《歷史月刊》,第一百八十六期,台北市:歷史月刊雜誌社,2003,頁94-100

林鴻祐,〈布希亞的擬像社會理論〉,《當代》,第六十五期,台北市:合志文化事業公司,1991,頁31-47

邱花妹,〈檳榔西施與八家將的世界〉,《天下雜誌》,第二百二十一期,台北市:天下雜誌公司,1999,頁234-242

徐淳厚,〈關於文化消費的幾個問題〉,《北京商學院學報》,第四期(總第七十六期),北京市:北京商學院,1997,頁45-48

陳光興,〈真實-再現-擬仿:布希亞的後現代(媒體)社會學〉,《當代》,第六十五期,台北市:合志文化事業公司,1991,頁18-30

張世雄,〈電子花車、民間宗教與性道德的矛盾?〉,《思與言》,第三十三卷,第三期,台北市:思與言雜誌社,1995,頁129-160

張依依,〈解構公仔社會文化現象〉,《台灣社會研究季刊》,第七十三期,台北市:臺灣社會研究季刊雜誌社,2009,頁167-188

黃淑玲,〈從清時藝旦到今日檳榔西施 -台灣色情文化中的悲啼與怪象的探討〉,《歷史月刊》,第一百八十六期,台北市:歷史月刊雜誌社,2003,頁101-108

簡妙如,〈將布希亞佔為己用-擬像論的解讀與媒體分析的再延伸〉,《哲學雜誌》,第二十四期,新北市:聯合發行中心,1998,頁30-53

VI. 布希亞生平著作 334
Baudrillard, Jean, Le système des objets, Paris : Gallimard, 1968

──, La société de consommation, Paris : Denoël, 1970

──, Pour une critique de l’ économie politique du signe, Paris : Gallimard, 1972

──, Le miroir de la production, Paris : Galilée, 1973

──, L’Échange symbolique et la mort, Paris : Gallimard, 1976

──, La consommation des signes, Paris : Denoël, 1976

──, L’effet Beaubourg, Paris : Galilée, 1977

──, Oublier Foucault, Paris : Galilée, 1977

──, À l’ombre des majorités silencieuses, Paris : Denoël, 1978

──, L’Ange de stuc, Paris : Galilée, 1978

──, Le PC ou les paradis artificiels de politique, Paris : Cahiers d'Utopie, 1978

──, De la séduction, Paris : Galilée, 1979

──, Enrico Baj, Paris : édition Filipacchi, 1980

──, Simulacres et simulation, Paris : Galilée, 1981

──, Les stratégies fatales, Paris : Grasset, 1983

──, La Gauche divine, Paris : Grasset, 1984

──, Amérique, Paris : Grasset, 1986

──, Cool memories, Paris : Galilée, 1987

──, L’autre par lui-même, Paris : Galilée, 1987

──, Cool memories II, Paris : Galilée, 1990

──, La transparence du mal, Paris : Galilée, 1990

──, La Guerre du Golfe n’a pas eu lieu, Paris : Galilée, 1991
資料彙整自:L’Herne Baudrillard, p. 321-322;L’Échange symbolique et la mort, p. 349-350;The
Baudrillard Dictionary, p. 243-245;http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Baudrillard,資料搜尋日期:2011年4 月25 日。

──, L’illusion de la fin, Paris : Galilée, 1992

──, Figures de l’altérité, (avec Marc Guillaume), Paris : Galilée, 1994

──, La pensée radicale, Paris : Sens & Tonka, 1994

──, Le crime parfait, Paris : Galilée, 1995

──, Fragments, Cool memories III, Paris : Galilée, 1995

──, Écran total, Paris : Galilée, 1997

──, Illusions, désillusions esthétiques, Paris : Sens & Tonka, 1997

──, Le Paroxyste indifférent, Paris : Grasset, 1997

──, Le complot de l’art, Paris : Sens & Tonka, 1997

──, Car l’illusion ne s’oppose pas à la réalité, Paris : Descartes & Cie, 1998

──, À l’ombre du millénaire ou le suspens de l’An 2000, Paris : Sens & Tonka, 1998

──, Su la photographie, Paris : Sens & Tonka, 1999

──, Sur le destin, Paris : Galilée, 1999

──, L’échange impossible, Paris : Galilée, 1999

──, Le complot de l’art, entrevues, Paris : Sens & Tonka, 2000

──, Le ludique et le policier, Paris : Sens & Tonka, 2000

──, Cool memories IV, Paris : Galilée, 2000

──, Mots de passe, Paris : Pauvert, 2000

──, Au royaume des aveugles, Paris : Sens & Tonka, 2001

──, L’élevage de poussière, Paris : Sens & Tonka, 2001

──, L’esprit du terrorisme, Paris : Galilée, 2002

──, Au royaume des aveugles, Paris : Sens & Tonka, 2002

──, Pataphysique, Paris : Sens & Tonka, 2002

──, La violence du monde, (avec Edgar Morin), Paris : Félin, 2003

──, Au jour le jour, 2000-2001, Paris : Descartes & Cie, 2003

──, Le pacte de lucidité ou l’intelligence du mal, Paris : Galilée, 2004

──, Cool memories V, Paris : Galilée, 2005

──, À propos d'Utopie(entretien avec Jean-Louis Violeau), Paris : Sens & Tonka, 2005

──, Oublier Artaud, (avec Sylvère Lotringer), Paris : Sens & Tonka, 2005

──, Les Exilés du dialogue, (avec Enrique Valiente Noailles), Paris : Galilée, 2005

──, Pourquoi tout n'a-t-il pas déjà disparu ?, Paris : L‟Herne, 2007

──, Carnaval et cannibale, Paris : L‟Herne, 2008
論文使用權限
  • 同意紙本無償授權給館內讀者為學術之目的重製使用,於2011-06-24公開。
  • 同意授權瀏覽/列印電子全文服務,於2011-06-24起公開。


  • 若您有任何疑問,請與我們聯絡!
    圖書館: 請來電 (02)2621-5656 轉 2281 或 來信