淡江大學覺生紀念圖書館 (TKU Library)
進階搜尋


下載電子全文限經由淡江IP使用) 
系統識別號 U0002-1407201114414100
中文論文名稱 德希達的解構思想
英文論文名稱 Derrida’s Deconstruction
第三語言論文名稱 La déconstruction de Derrida
校院名稱 淡江大學
系所名稱(中) 法國語文學系碩士班
系所名稱(英) Department of French
學年度 99
學期 2
出版年 100
研究生中文姓名 黃佳嫻
研究生英文姓名 Chia Hsian, Huang
學號 696080083
學位類別 碩士
語文別 中文
口試日期 2011-06-29
論文頁數 95頁
口試委員 指導教授-林春明
委員-黃冠閔
委員-鄭安群
中文關鍵字 德希達  解構  延異  痕跡  在場  書寫 
英文關鍵字 Derrida  dconstruction  differance  trace  presence  writing 
第三語言關鍵字 Derrida  deconstruction  differance  trace  presence  ecriture 
學科別分類 學科別人文學語言文學
中文摘要 德希達的解構態度旨在顛覆西方哲學傳統,其針對的目標是在場的形而上學與邏各斯中心主義。而延異的運動與痕跡是德希達在解構各種當代思潮文本時的重要戰略,這也是本論文探究德希達的解構思想的切入點。
  本論文以德希達之<延異>一文為研究的前進線索,藉由探討延異運動與痕跡為出發點深入認識德希達解構思想的各個面貌。延異與痕跡皆是解構的主要活動,兩者皆無具體的本質與架構,因此我們必須閱讀德希達對各種文本的解構才能一窺究竟。此外,德希達的解構方法便是對於思想體系的發展與演替過程進行清淤,首先回溯思想的發展基礎,再從結構與關係中找出其中支配者的企圖或系統的矛盾之處,並且以延異或痕跡來顛覆支配思考的優勢階級或取代其運作的基礎。
  本文將探討語言的階序關係,作為符號活動的延異與痕跡的作用,以及解放書寫的意義。我們將討論在場形而上學的思想基礎,以及把在場、延異與痕跡放置在意識與無意識中進行說明。超越了在場的語言之後,痕跡與延異的運動將深入人的意識之前,成為一種心靈的書寫活動。最後我們以形而上學的主幹-本體論來檢視延異是否能夠切合本體論中最根本的存在,透過海德格對本體論差異的討論,我們發現了痕跡在場之外的生成,也看到最初的延異與痕跡的痕跡。
  延異與痕跡作為一種非起源的起源,是非在場的,也是在意識之外的生成。於是我們必須承認一種他者的語言永遠在界限、在場與存在之外。
英文摘要 The gesture of Derrida’s deconstruction is to subvert the Western philosophical tradition; its target is the metaphysic of the presence and logocentrism. As the starting point of researching Derrida’s theory, the movement of the differance and the trace are the most important strategies for Derrida to deconstruct the contexts of the contemporary thoughts.
This thesis takes Derrida’s article ‘‘La differance’’ as the clue to move on. We will learn about the various aspects of Derrida’s deconstruction through exploring the movement the differance and the trace. And the fashion of Derrida’s work is de-obstructing the development of Western philosophical system, unsealing and revoking the anchor of privilege and the contradiction in the system, and then replacing the anchor of the system with the differance and the trace.
In the thesis we will discuss about the hierarchy in the language of phonocentrism and the effect of the differance and the trace in semiological signification. Next we will see the determination of the presence, how do the differance and the trace work in the conscience and un-conscience, and an alternative writing in psychology activities. Finally, we will talk about the difference of ontology and verify if the differance and the trace can fit the ultimate origin in ontology.
The differance and the trace is a non-original origin, they are also non-present, and out of human’s conscience. And there is a language without voice always other than being, presence and finite.
第三語言摘要 Cet memoire tente de comprendre la deconstruction de Derrida et sa re-evaluation de la pensee contemporaine de l'occident. On le connait et pratique a travers les ecrits de Derrida dans la sphere linguistique, consciente et la metaphysique de la presence. La deconstuction derridienne jouait un role critique et alternatif a la interpretation des contextes et des phenomenes de la culture post-moderne. La deconstruction ne rompt pas simplement la fondation de la poursuite de la modernisation, mais elle la depasse et depasse les methodes et les concepts de valeurs dans l'observation du monde. Que-ce que l’objet est depasse par la deconstruction de Derrida ? Nous pouvons le connaitre pour deconstruire et interpreter dans la deconstruction derridienne.

Il faut que comprendre la deconstruction de Derrida n'est pas un ‘‘deconstructionism’’ avant de faire le recherche, parce que un ‘‘isme’’ est une doctrine qui contient le noyau de la valeur et l’idee pour le developpement, c’est exact l’objet a deconstruire pour Derrida. La deconstruction est un geste de le renversement. Son geste apparait comme le refus de la domination dans la pensee par l’autorite, il ne depende pas la doctrine de la reflexion et interroger l’origine de l’unite. Elle d’ailleurs renverse le systeme complet et ferme qui emane le sens de l’origine du meme et divinise son origine comme Dieu et le structure et la relation dans le systeme. Dans les nombreux ecrits de Derrida, on peut voir le but premier a deconstruire est la metaphysique de la presence qui s’enracine profondement dans la tradition philosophique occidentale. Nous allons decouvre les activites de la deconstruction selon la marque de la differance dans cet memoire comme la differance et la trace est la strategie principale a deconstruire. On comprend la differance et la trace, on comprend l’idee de la deconstruction.

Pour renverser et depasser l’histoire et la tradition de la philosophie occidentale, Derrida a cree le mot ‘‘deconstruction’’. Il s’est approprie du concept ‘‘Destruktion’’ de Heidegger comme la tactique pour critiquer et disjoindre la tradition metaphysique de la presence. Dans De la grammatologie, il a montre le methode et le caractere de la deconstruction par critiquant Hegel, ‘‘Les mouvements de deconstruction ne sollicitent pas les structures du dehors. Ils ne sont possibles et efficaces, il n’ajustent leur COUDS qu’en habitant ces structures. ’’

Donc, le travail de la deconstruction derridienne ne detruit pas aveuglement. La deconstruction se debarrasse de l’autorite, mais reproduit les nouvelles activites et significations, la deconstruction disloque la structure du systeme mais libere les conceptions et le genese. La deconstruction a un caractere instable, ce qui rend la langage ne peut pas la decrit proprement comme la deconstruction est derriere la langue de la presence, et ce caractere rend aussi la deconstuction changer le point de vue et le moyen en regard. La deconstruction ne refuse ou annule pas un objet absolument, mais elle a la possibilite extreme de devenir une reproduction, l’objet deconstruit sera non seulement de ne pas disparaitre, mais aussi developper davantage les aspects et les possibilites. Tout en essayant de reverser et d’interroger la tradition philosophique et l’idee centrale de la metaphysique occidentale , Derrida ne pas les abandonne ou nier sa valeur, au contraire, il les a deconstuit a travers la lecture et l’analyse des ecrits classiques, il nous ramenait qu’il y a plus de visee dans la deconstruction, ‘‘Operant necessairement de l'interieur, empruntant a la structure ancienne toutes les ressources strategiques et economiques de la subversion, les lui empruntant structurellement, c’est-a-dire sans pouvoir en isoler des elements et des atomes, l’entreprise de la deconstruction est toujours d’une certain maniere emportee par son propre travail. ’’ La deconstruction ne nie pas l'ancienne structure et non pas la detruit, en fait, elle doit aller au profondeur du cible a deconstruit, trouver le nœud et l’inhabituel, et puis la disloquer et declarer publiquement. La deconstruction n’existe pas qu’elle se situe dans la structure, c’est pourquoi que la pensee de Derrida a souvent ete consideree comme une fable d’absurde.

Pour deconstruire la metaphysique de la presence, il faut de commencer le travail par la langue a laquelle la metaphysique de la presence subsiste, parce que la langue phonocentrisme et la metaphysique de la presence derivees de Logos interdependant les uns avec les autre. Au debut du memoire, nous besoin de non seulement reconnaitre l’outil portant l’idee de la metaphysique mais aussi refleter la trace de la differance, c’est la signification des signes est la plus facile a observer l’operation de la differance et de la trace, alors, on commence par la lecture derridienne sur Cours linguistique generale de Saussure.

La langue domine par la metaphysique est la langue de la representation, elle est aussi installee sur la fondation de la presence. Cette presence presuppose un media comme un outil qui est la voix ou la graphie visible pour transferer et succeder la signification. Elle est la langue de l'alphabet occidental qui axe sur logos pour son developpement, son modele de deploiement de la representation de la presence presuppose aussi le privilege de la relation naturelle. La langue de la presence regle les habitants dans ce pays du quel la pensee, la culture meme si l’etre des choses vivent entierement dans cette langue. Par consequent Derrida a commence a deconstruire le theorie linguistique, il a supprime l’avantage du lien naturel entre la voix et le signe et la relation arbitraire entre le signifiant et le signifie qu’il a substitue a la fissure et l’espace, il a encore remplace la signification deployant par la differance et la trace de l’ecriture. La pensee de Derrida on a conduit a re-examiner la tradition philosophique traversee par logos et la metaphysique de la presence dans le memoire.

Puis, la deconstruction dans le memoire a vise la presence, il faut d’abord etudier la definition et la determination de la presence dans la metaphysique occidentale comme l’interrogation et la recherche de la source du cible sont un strategie important de la deconstruction. On explorera que comment le monde etait regarde par la pensee de la presence, et on discutera si la pensee philosophique peut expliquer tous les phenomenes du monde generalement. On parlera de la metaphysique classique de l’ancienne Grece et on parlera du centre de l’operation de la metaphysique de la presence – logos, et le moyen de la classification et la determination de la chose et du monde. La strategie seconde pour deconstruire la metaphysique de la presence est la de-sedimentation , comme parlant de la raison de la de-sedimentation, Derrida a considere la raison comme le produit de l'evolution de l’histoire, elle n’est plus un produit du logos. Nous avons trouve ici un point interessant : la raison est un produit de logos et controle le signe avec logos se differant et se realisant, donc la raison est la source de la signification et de le rangement du signe et la raison peut questionner et attaquer son pere – logos. Donc, la raison disloque toutes les significaion et tous les sens de logos ou lies a logos, cette dislocation ne brise pas logos completement, mais de-structurer la metaphysique de la presence. De ce fait on peut connaitre que la de-sedimentation est destinee a resoudre l’obscur de logos dans l’histoire, que elle mis en ordre et discloture le proces histoire de la tradition philosophique et le projet a dissimuler le privilege de logos, que la source unique de la signification et le sens a perdu son autorite et son pouvoir, on peut le dire qu’il est decentralisation.

C’est la necessite de la deconstruction qu’elle decouvre la sable et la poussiere de l’histoire sur la visage originale de la grammatologie et de la signification, qu’elle montre la succession contenant ou ne contenant pas la metaphysique. Nous ne voyons pas la succession, les elements et la relation se melangent dans la succession, mais Derrida a laisse les points aveugles entrer notre vision et a nous dit qu’il y a les possibilite ou le sens multiple developpant de la pensee ou la valeur simple, il a nous rend maintenir la vigilance comme meme pour ne pas tomber dans le piege de la pensee rigide et la perte de la liberte de penser.

Afin de confirmer la facon dont la presence se presente, nous avons invoque les article de Kant pour connaitre la perception et l’integration du temps et de l’espace dans la conscience humaine, et pour expliquer pourquoi la presence n’existe que dans la conscience humaine. Par consequent, apres la deconstuction de la metaphysique de la presence, on peut savoir que la consideration de la conscience humaine n’est pas fiable et ni complete, mais on ne peut pas echapper a ce mode de la pensee. Pour secouer le autorite d’interpretation du royaume de la presence , Derrida a trace le temps et l’espace hors la limite sensible de la conscience humaine par le mouvement de la differance, le sens et le concept donc s’agrandissent a l’exterieur de la presence. Puis, le modele de la production de la notion et du sens qui est a partir de la conscience humain a ete remplace, la parole naturelle a ete remplace. L’ecriture de la differance a excede la forme ecrit de la substance present, le concept et le sens peuvent etre trace hors de la conscience, et on peut marquer la genese de l’ecriture avant l’entree de la conscience.

Dans le dernier chapitre de cette these, nous etudierons la facon des activites generees qui n’est pas dans la conscience en deux dimensions, la neurophysiologie et l’ontologie, ils semblent loin, mais il y a l’argument du chevauchement. Freud et Heidegger, ils son recherches le genese de l’origine ultime et le lieu de la formation. Les deux texte selectionne sont deconstruit en resultat que ils sont influence par la metaphysique de la presence, mais l’argument de la genese de l’origine ultime ne pas se passe dans la conscience, c’est a dire il n’est pas en present, l’origine de non-origine a cause un conflit de la genese original de la metaphysique, c’est aussi l’astuce de la deconstruction de Derrida. Et puis On expliquera la differance dans la difference de l’ontologie, discutera des theories de la metaphysique de la presence peut couvrir ou non la differance , et jugera la origine de la metaphysique de la presence est la differance de non-origine.

Mais comment qu’il faut traiter la texte deconstruit ?

En effet, apres la deconstruction, les textes ne sont pas rompues, mais une liberation. La deconstruction extrait le texte de l’experience humaine et fuit le systeme organique s’entretenant. Derrida a montre un entrelacement de la signification du texte par la differance et la trace comme son regard ne sejournait pas a l’origine du texte ou a l’effet du texte dans le developpement et la construction du systeme mais la formation du texte seulement qui est tiree de la subjectivite par le gramme et de l’espacement travers a le temps et l’espace. Suivons la deconstruction derridienne des textes multidisciplinaires, nous pouvons observer qu’il a tente de subvertir la pensee axe sur l’homme et de decentraliser la philosophie du logocentrisme. Par consequence l’opposition binaire defaut et l’origine de l’etre disparait dans la deconstruction, le phenomene dans le sens et la conscience de l’homme sont un trou de visite du monde .

La deconstruction derridienne est une conversion de la vue. Elle nous conduit a partir des effets du signe, elle nous amene au penetrer a les dimension differentes de la production du sens, d’ailleurs, elle fait la vue de la pensee s’entendre a perte de la conscience, et elle a efface les frontieres habituelles de l’etat des choses qui embrasse les opposition comme meme. Dans les dimensions de la deconstruction, on peut re-organiser le element de la meditation, et on peut savoir les connections et le chevauchement chez les systemes linguistiques, conscients et ontologiques.

Dans la comprehension de la structure le signe et la signification, on peut comprendre qu’il y a la relation intime, complementaire entre la metaphysique occidentale et la langue alphabet. Quand on deconstruit la hierarchie de la langue , on deconstruit la tension et la peur du phonocentisme a l’ecriture, et deconstruit la protection la nature du corps et de la conscience. Lorsque viser a la langue occidentale, la deconstruction derridienne minimisait l’influence de l’homme dans la structure , c’est pourquoi le proces de l’ecriture dans les dimensions differentes peuvent etre mis en evidence.

La deconstruction du phonocentrisme est aussi une reduction semiomogique. La reduction semiologique revient au point cle de la derivation et a la brisure de la relation. Derrida a montre la relation entre la structure et le signe de la langue du phonocentrisme par la differance et la trace dans la difference linguistique et semiologique, il a trouve une organisation de l’espace et de la fracture dans la transition du sens fragmentaire et discontinue, et il a encore reflechi auquel de mouvement qui produit l’effet de l’espace et la fracture. Donc, on peut savoir la consequence dans la deconstruction et la reduction semiologique :

D’une part, la langue domine par la tradition philosophique occidentale est une langue de la projection. La projection constamment recherche une presupposition ou prevoit une base, et elle s’accroit par la presupposition et la base projetees. Nous voyons une deploiement de la projection dans la langue de la metaphysique occidentale comme ci-dessous : l’etre presuppose le meme, le meme presuppose la repetition, la repetition presuppose la mediation et la mediation presuppose le non-meme dans la langue de la metaphysique. Nous avons recherche le modele de l’existence de logos dans les difference et les brisures, c’est encore un resultat de la deconstruction reversee. Dans la conscience, la deconstruction a decele le modele absent et l’obscur dans le proces de la signification. L’etre se montre par la derivation de la langue dans l’otologie, l’etre existe travers a la langue, mais est-ce que c’est une prevision que l’etre est une genese a partir de l’autre ou qu’il y a une texte de l’autre qui installait ou disposait la relation entre la langue et l’etre, quand la metaphysique fait l’etre comme la presence ou encore plus, quand la difference de l’ontologie sillonne la trace dans l’inconscience pour devenir le present ?

D’autre part, il faut concentrer sur la valeur symbolique de leur propres. L’articulation arbitraire et naturelle entre le signifiant et le signifie a disparus dans la deconstruction, elle ete remplace par une barriere entre le sens et le signifiant ; la barriere degrade la signification du signe qui est la fonction intrinseque du signe semiologique. Dans la reduction semiologique, on voit la trace seulement se montre dans le sens et le concept, et la trace de la trace dans cette apparition, pourtant la reduction ne pas respecte la valeur semiologique du signe que on peut se la considerer comme une accumulation de l'experience de l’homme. Derrida a crut que l’ecriture graphique approfondit le processus ou la langue phonetique dominait la pensee comme la langue tissait la pensee de utilisateur. La langue dans la conscience ou la culture de la langue n’est pas la langue pure contenant le sens original, mais un systeme ou la structure de la culture divers se melange les experiences humaines, il fend les resultats de l’experience de l’homme et la langue quand on nie la fonction du signe phonetique dans ce contexte. Il laisseront la signification simplement d’une base represente par le signe et l’effet du texte sans sentiment comme l'experience humaine se tire du systeme linguistique servant l’homme. L’experience et la perception de l’homme qui sont une source ou un facteur important transforme en un texte a deconstruire, comme la linguistique, la litterature ou la philosophie. Bien que la vision de l’homme ne peut pas couvrir la variete de chose dans le monde, et on peut reduit la contradiction et l’erreur phenomenologique par diminuant l’element humain dans la deconstruction linguistique ou philosophique, mais il faut encore admettre que l'experience de l’homme reproduit l’impact aux textes ou aux systemes differents. Derrida n’a pas exprime explicitement son evaluation pour l’experience humaine, mais on doit reflechir prudemment et eviter de deconstruire aveuglement : Si on deconstruit ou recherche quelque chose par limitant l’effet de l'experience et de l’emotion de l’homme comme un element non-humain, je crains que la sphere et la valeur de nombreuses disciplines dans la philosophie vont etre mis en peril.

On peut reconnaitre la presence metaphysique est la presence qui presuppose la conscience humaine dans cette these. Et nous avons appris que Kant a projete la perception fondamentale de l’homme sur la sensation de l’espace et du temps, c’est une introduction principale qui contribue a la forme de la presence metaphysique, et plus tard, le recherche de la forme de la presence ou la consideration revolutionnaire etait deploye sur cette base. Nous pouvons voir que Derrida hardiment faire l’espace et le temps hors de la conscience humaine, c’est a dire il est perce la limitation de la conception humaine, alors nous ne pouvons pas trouver le meme present synchronique dans notre conscience. C’est pourquoi dans la conscience, Derrida a pu trouver la contradiction entre les theories divers sur la metaphysique de la presence en tant que la temporalite est un cle entrainant du desaccord de la presence.

Lorsque un individu est conscient a soi, l’individu et soi-meme dependent de la prolongation d’un-dimension temporalite pour etre present dans la conscience, sinon, les deux ne sont pas co-existents. Et ils ne sont pas presents synchronique dans la conscience fermee qu’il y a un tiers dans la conscience de soi pour les detecter simultanement ; ou les deux soi-meme ne sont pas meme. Selon la contradiction de la presence synchronique dans la conscience, on peut voir ces resultats : le tiers n’est pas compris par la conscience et l’individu, on peut le dire deliberement le tiers qui se trouve dans le coin sombre hors de la conscience est soi-meme de l’autre. Meme si nous ne le reconnaissons pas, la conscience de l’individu comprenant le soi-meme encore tend vers l’autre parce que c’est la conscience se diffusait de soi-meme, sa tendance va vers l’autre hors de la conscience, et puis revient a soi-meme.

Dans la conclusion sur la langue, le sujet devient un effet du systeme de la difference linguistique, qu’il n’y a pas de sujet sans la difference de la langue. Ou, sous la premisse de la paragraphe precedent, quand le sujet parle de soi-meme ou se indique dans la langue, le sujet pur n'existe plus, comme le sujet est produit par le soi-meme qui tend vers l’autre ou le tiers obscur. Derrida a perce la philosophie toujours reflechissant a partir de l'experience et la conscience de l’homme par le desaccord entre la temporalite et la presence, et il a pousse la chose et le monde au-dela de la conception, puis frappe le pays dominee par la metaphysique de la presence. Par ailleurs, la differance et la trace donc sont validees, et l’organisation et la signification du systeme alors meme la source de l’etre ne se dirigent plus vers la la presence.

Il s’agit d’une possibilite de changer la methode de pense, cette modification de la pensee excede ce qui depart de Kant et excede l’axe de la presence et de la finitude. Pour la surpasser, pour explorer continuellement la source de l’etre et du sens, il faut que faire la representation du meme, la signification aussi, retourner profondement a l’inconscience absente dans la conscience. Dans la royaume de logos, la presence et l’absence sont l'opposition binaire qui est tres divisee, mais on peut savoir que la presence et l’absence sont simplement le degre de l’exposition dans l’appareil de l'ecriture freudienne. Bien que l’opposition present/absent peut se manifester clairement dans le niveau de la conscience, mais l’absence est un degre affaibli de la presence consciente dans la conscience interieur et la zone avant la conscience. L’existence des choses exterieures ne sont plus jugees presente ou non par la conscience mais elles sont issues de frayage et de la repetition originaire dans l’inconscient, on peut alors dire que tout le monde n’est pas absent a l’inconscience et au Dieu de theologie-ontologie meme. Tout n’est seulement present dans l’espace et le temps en notre consciences, mais aussi present dans le complexe de l’espace et du temps qui contient des dimensions variees en dehors de la conscience. C’est la presence ultime de l’ontologie heideggerienne.

Dans le troisieme chapitre, on peut voir la tente qui poursuit l’origine finale de la metaphysique occidentale, la connections habile entre la strategie sur la deconstruction et les textes deconstruits, et la contradiction des theories differentes en point de vue a la deconstruction en lisant le texte multidisciplinaire. Dans le theorie freudienne de neurologie et la psychanalyse, on a reconnu que l’origine ultime est la trace de presence eternelle, et Freud a cru que la trace est present, cependant le sens et le concept sont produits par le mouvement du frayage et la repetition originaire de l’appareil de l’ecriture neurologique et cette reproduction n’est pas presente. Et sur la difference ontologique, Heidegger a propose un present ultime comme un donateur qui donne la nature present, mais il a explicite la donation de la nature a l’etre/ l’etant et de la presence/ le present par ‘le maintien’(Brauch), c’est a dire que il a admis la trace efface dans le proces de la donation de la nature a la disparition de l’etre. L’appareil de l’ecriture de Freud et le present ultime de Heidegger ont ete reflete une source du meme, de l’absolu de la finitude mais ils ont encore admis qu’il y a une difference et une brisure discontinues, discretes constituant le systeme, la signification encore la trace et la differance qui ne restent jamais dans la conscience. Nous pouvons donc voir la collision des deux systemes de la pensee – la deconstruction et la metaphysique de la presence—dans l’exploration de la source entre les textes interdisciplinaires : on peut voir l’origine de l’etre avec la nature presente de la metaphysique, et la differance absente comportant le concept et la signification, puis, une origine qui s’attribue a l’etre, a ousia et une genese qui est nee du dis et se detache.

Compte tenu de l’etre de la metaphysique occidentale determine comme la presence, alors Derrida avait trouve la source absente dans les textes divers et avait renverse la domination de la structure par le point de disposer le pouvoir, et puis il avait remplace l’origine deifiee et absolue par la differance absente. La differance est une origine non-original, c’est la creusement de l'origine. C’est la difference dans la deconstruction reproduisait la signification et le concept comme une intervalle et la brisure, il faut de marque que la difference ici a ete au-dela la structure de la difference, elle n’ont pas besoin de l’autre pour se montrer, de sujet pour se comparer, la difference est un ecart, une articulation, une rupture et une discontinuite. En ce cas la signification et le concept de la difference paraissent de la vacuite ; ils sont ecrits par la trace de la difference, la source finale sont annule dans la deconstruction, et il n’y a plus de principe deifie et l’ideal on doit le approcher, se rassembler autour soi.

Enfin, sur la deconstruction de Derrida, nous devrions l’accepter toute ?

La deconstruction de Derrida demandait de mettre en fin la philosophie de l’opposition, de la divinisation et de remplacer le dessus par un jeu infini qui n’est pas gouverne et imagine par la presence et la conscience. Tout est instable et a la derive dans la differance, alors le jeu de la deconstruction ne marche pas qu’il s’attache a son rival – la tradition de la metaphysique, comme le jeu soi-meme n’est pas un etant-present determine. Et plus, sur la remplacement de l’origine metaphysique par la differance, il faut que revenir a la deconstruction derridienne, on doit douter egalement si la defferance est une transplantation de la pensee comme une autre origine deifiee, en particulier son infinite et sa nature absente, imperceptible et primitive, elles peuvent expliquer toutes les divergence et la generation de la signification, elles peuvent embrasser toutes les choses existant dans le complexe des dimension divers du temps et de l’espace et tous les phenomenes que la conscience ne peut pas les accueillir. A la plume de Derrida , la differance est comme une poche magique, il n’y a rien elle ne peut pas admettre et il n’y a rien elle ne peut pas puiser.

Face a la deconstruction, nous devons renvoyer a l’attitude de la deconstruction, Derrida a efface les frontieres de la philosophie apres tout, il faut que maintenir plus vigilant, que mettre la pensee de Derrida retour a zero pour la refuter avec son propre argument. On doit retablir la position de l’homme dans la langue de l’autre et dans l'espoir d’etre plus proche du monde.
論文目次 緒論....................................................1
I.研究動機與目的.. .....................................1
II.研究方法.............................................1
III.論文架構............................................1
第一章 集束的延異......................................6
第一節 一個集束的字....................................6
第二節 語言與書寫.....................................17
第三節 延異的痕跡.....................................28
第二章 在場...........................................36
第一節 在場的形而上學.................................36
第二節 時間化與間隔...................................48
第三節 說話的主體.....................................59
第三章 他者...........................................67
第一節 無意識.........................................67
第二節 穿越存在的他者語言.............................76
結語...................................................85
參考文獻...............................................90
參考文獻 中文參考文獻 :
尼采(Friedrich Nietzsche),《權力意志》(Der Wille zur Macht),張念東,凌素心譯,北京:商務印書館,1998。
尼采 (Friedrich Nietzsche) 著,《快樂的知識》(Die Frohliche Wissenschaft),黃明嘉譯,北京,中央編譯出版社,2009。
佛洛伊德(Sigmund Freud)著,《超越快樂原則》(Fenseits des Lustprinzips),楊韶剛,高申春等譯,台北:知書房,2000。
貝勒爾(Ernst Behler)著,《尼采. 海德格爾與德里達》,李朝暉譯,北京:社會科學文獻出版社,2001。
克里斯蒂娜 豪斯威爾 (Christina Howells) 著,《德里達》(Jacques Derrida),(張穎)譯,哈爾濱:黑龍江人民出版社,2002。
汪堂家著,《汪堂家講德里達》,北京:北京大學出版社, 2008。
費迪南‧德‧索緒爾著(Ferdinand de Saussure),《普通語言學教程》(Cours de Linguistique Generale),高銘凱譯,北京:商務印書館,1999。
康德 (Kant Immanuel),《純粹理性批判》 (Kritik der reinen Venunft),鄧曉芒譯,楊祖陶校訂,台北:聯經,2004。
海德格爾(Martin Heidegger)著,《存在與時間》(Sein und Zeit),陳嘉映、王慶節合譯,上海:上海三聯書店,2006。
馬丁‧海德格 (Martin Heidegger) 著,孫周興譯,《走向語言之途》(Unterwegs zur Sprache),台北:時報文化,1993。
海德格爾(Martin Heidegger)著,《海德格爾選集》,孫周興選編,上海:上海三聯書店,1996。
馬丁‧海德格 (Martin Heidegger) 著,《路標》(Wegmarken),孫周興譯,台北:時報文化,1997。
馬丁‧海德格 (Martin Heidegger) 著,《林中路》(Holzwege),孫周興譯,上海:上海譯文出版社,2008。
高宣揚著,《後現代論》,台北:五南,1999。
高宣揚著,《當代法國思想五十年》,台北:五南, 2003。
陳曉明著,《德里達的底線》,北京:北京大學出版社,2009。
張國清著,《中心與邊緣》,北京:中國社會科學出版社,1998。
黑格爾 (G. W. F. Hegel) 著,《精神現象學》(Phanomenologie des Geistes),賀自昭、王玖興譯,台北:里仁書局,1982。
黑格爾 (G. W. F. Hegel) 著,《邏輯學》(Wissenshcaft Der Logik),楊一之譯,北京:商務印書館,1991。
楊大春著,《德希達》,台北:生智,1995。
德希達(Jacques Derrida)著,《言語與現象》(La voix et le Phenomene),劉北成、陳銀科、方海波譯,台北:桂冠, 1998。
德希達(Jacques Derrida)著,《立場》(Positions),楊恆達、劉北成譯,台北:桂冠, 1998。
德希達(Jacques Derrida)著,《書寫與差異》(L’ecriture et la difference),張寧譯,台北:麥田,2004。
雅克.德里達(Jacques Derrida)著,《多重立場》(Positions),佘碧平譯,北京:三聯書店, 2004。
德希達(Jacques Derrida),《胡塞爾<幾何學起源>引導》(Edmund Husserl L’origine de la Geometrie Traduction et Introduction ),錢捷譯,台北:桂冠,2005。
德里達 (Jacques Derrida)著,《解構與思想的未來》,夏可君編校,長春:吉林人民出版社, 2005。
雅克.德里達(Jacques Derrida)著,《論文字學》(De la grammatologie),汪堂家譯,上海:上海譯文出版社, 2005。
德里達(Jacques Derrida)著,《聲音與現象》(La voix et le Phenomene),杜小真譯,北京:商務, 2005。
吉爾‧德勒茲(Gilles Deleuze)著,《尼采與哲學》(Nietzsche et la philosophie),周穎、劉玉宇譯,北京:社會學文獻出版社,2001。
賴俊雄著,《晚期解構主義》,台北:揚智,2005。
羅素(Bertrand Russell)著,西方哲學史(History of Western Philosophy)上、下,何兆武、李約瑟譯,台北:左岸文化,2005。
Jeff Collins著,Bill Mayblin繪,《德希達》(Derrida),安原良譯,台北:立緒,1998。
朱剛著,《本原與延異》,上海:上海人民出版社,2006。

法文參考文獻:
Derrida, Jacques, De la grammatologie, Paris: Minuit, 1967.
Derrida, Jacques, L’ecriture et la difference, Paris: Seuil, 1967.
Derrida, Jacques, La dissemination, Paris: Seuil, 1972.
Derrida, Jacques, Positions, Paris: Minuit, 1972.
Derrida, Jacques, Marges – de la philosophie, Paris: Les Editions de Minuit, 1972.
Derrida, Jacques, Psyche II: Inventions de l'autre, Paris : Galilee, 1998.
Derrida, Jacques, La voix et la phenomene, Paris: PUF, 2005.
Koyre, Alexandre, Etudes d’histoire de la pensee philosophique, Paris : Gallimard, 2006 .

英文參考文獻 :
Arthur Bradley, Derrida’s Of Grammatology, Edinburgh: Edinburgh University Press, 2008.
Jacques Derrida, translated by Alan Bass, Writing and Difference, London: Routledge & Kegan Paul Ltd, 1978.
Jacques Derrida, translated by Alan Bass, Margins of philosophy, Chicago: The University of Chicago, 1982.
Jacques Derrida, translated by Gayatri Chakravorty Spivak, Of Grammatologie, Baltimore: The John Hopkins University Press, 1997.
Jacques Derrida, translated by Alan Bass, Positions (revised edition), New York and London: Continuum International Publishing Group, 2002.
Goeffrey Bennington and Jacques Derrida, translated by Geoffrey Bennington, Jacques Derrida, Chicago: The University of Chicago Press, 1993.
M.C. Dillon, Semiological Reductionism: a critique of the deconstrctionist movement in postmodern tought, Albany: State University of New York Press, 1995.
Emmanuel Levinas, Hors Sujet, Paris: Fata Morgana, 1987.
Niall Lucy, A Derrida dictionary, Oxford: Wiley-Blackwell, 2004.
Christopher Norris, Deconstruction Theory and Practice, 3rd edition, London & New York: Routledge, 2002.
Barry Stocker, Routledge philosophy guidebook to Derrida on deconstruction, Abingdon: Routledge, 2006.
Mark C. Taylor (edited by), Deconstruction in Context, Chicago: The University of Chicago Press, 1986.
Jeff Collins and Bill Mayblin, Introducing Derrida, Cambridge: Icon Book Ltd., 2000.

論文:
Sigmund Freud, “A Note upon the Mystic Writing Pad”, General Psychological Theory, Chapter XIII, 1925.
Emmanuel Levinas, “The Trace of The Other”, excerpted from “La Trace de L’autre”, translated by A. Lingis, Tijdschrift voor Philosophie, 1963, 605-623.

網路資料:
維基百科
http://zh.wikipedia.org/zh-tw/%E4%BA%9A%E9%87%8C%E5%A3%AB%E5%A4%9A%E5%BE%B7
http://en.wikipedia.org/wiki/Retention_and_protention
論文使用權限
  • 同意紙本無償授權給館內讀者為學術之目的重製使用,於2011-07-26公開。
  • 同意授權瀏覽/列印電子全文服務,於2011-07-26起公開。


  • 若您有任何疑問,請與我們聯絡!
    圖書館: 請來電 (02)2621-5656 轉 2281 或 來信