淡江大學覺生紀念圖書館 (TKU Library)
進階搜尋


下載電子全文限經由淡江IP使用) 
系統識別號 U0002-1009200716353100
中文論文名稱 巴什拉的想像力與在Jean-Pierre Jeunet電影《艾蜜莉的異想世界》的運用
英文論文名稱 Gaston Bachelard's imagination and his pratice in the Jean-Pierre Jeunet's Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain
第三語言論文名稱 L'imagination chez Bachelard et sa pratique dans Le Fubuleux Destin d'Amelie Poulain de Jean-Pierre Jeunet
校院名稱 淡江大學
系所名稱(中) 法國語文學系碩士班
系所名稱(英) Department of French
學年度 95
學期 2
出版年 96
研究生中文姓名 彭懋龍
研究生英文姓名 Mao-lung,Peng
學號 692270019
學位類別 碩士
語文別 中文
口試日期 2007-06-26
論文頁數 108頁
口試委員 指導教授-林春明
委員-鄭安群
委員-黃冠閔
中文關鍵字 想像力  意象  遐想(夢想)  加斯東•巴什拉  尚-皮耶•居內  巴黎  內在性 
英文關鍵字 Imagination  Paris  Image  Reverie  Jean-Pierre Jeunet  Gaston Bachelard  Intimacy 
第三語言關鍵字 Image  Imagination,  Gaston Bachelard  Jean-Pierre Jeunet  Paris  Intimite  Reverie 
學科別分類 學科別人文學語言文學
中文摘要 本論文乃以加斯東•巴什拉的想像力理論觀念為研究主題,企圖發展出一種結合想像力理論與電影研究的新視野。透過巴什拉的想像力論觀點來閱讀電影《艾蜜莉的異想世界》,來探討想像力與電影之間的相關性。巴什拉說意象與想像力兩者的關係,就好比作用力與反作用力的關係,援引電影《艾蜜莉的異想世界》中的段落來印證巴什拉想像力理論中所陳述的概念,如物質想像力、動力想像力、物質性通感、詩意空間。巴什拉所提出的「內在性」概念,則為闡明上述觀念的關鍵所在。
另外,也企圖運用巴什拉的想像力理論以新的視野來觀賞電影,也就是巴什拉所說的以「詩人的創作意志」來閱讀電影作品,跳脫「實證理智」觀點的束縛,探索人的內心世界、內在感受。
巴什拉將想像力分為「形式想像力」和「物質想像力」兩種。前者所觸及的是事物的表象,所反應的是一外在感覺。相反地,後者則能夠深入內在,表達出內在感受。唯有物質想像力才能深入,才能理解內在。這也就是說,唯有深入意象的根源,我們才能汲取源源不絕的養分,才能找到意象的源頭活水,才能與天地萬物共鳴交感。
本論文主要分成三個章節,第一章為介紹巴什拉想像力理論中的相關概念,第二章與第三章則是《艾蜜莉的異想世界》的電影分析。我們以巴什拉想像力理論的概念,來做為電影分析的理論架構。在第二章中,我們所探討的是遐想(夢想)與電影間的關係,尤其是童年的遐想(夢想)激發電影導演許多創作上的靈感,同時也給電影創作者帶來創造性的想像力。在第三章裡,我們則是著重在電影空間上的探討,電影的「詩意空間」是最動人、也是最具美感與電影魅力的所在。
英文摘要 Gaston Bachelard’s imagination is our fundamental theory of this thesis, we try to develop a new vision conbiming Bachelard’s theory of imagination and study of film. In point of vue of Bachelard to read Jean-Pierre Jeunet’s Le Fabuleux Destin d’Améliie Poulain/ Améliie (2001), to study the coherence between imagination and cinema. Bachelard think the relation between image and imagination is like action and reaction. And we try to show some sequence of film to testify Bachelard’s theory of imagination, such like:imagination of material,imagination of dynamics, correspondence material,poetic space etc. Bacheiard’s notion of intimacy is a key word for understanding his theory about imagination.
And we also try to read Améliie in a new perspective of the creative will of a poet, to escape from the habit of positive spirit, to explore the inner world of our heart and our sensory feeling.

This thesis divides into tree chapters: Chapter one is “Notion of imagination”, describe the idea of Bachelard’s imagination. Chapter two “Poetic of reverie and Amélie, a dreamer”and Chapter three “ Read the poetic space in Le Fabuleux Destin d’Améliie Poulain”, we discussed the practical part of theory in Amélie.
第三語言摘要 Résumé

Voici le plan général de notre étude.

Introduction

Cette thèse a pour principal objectif d’élaborer, à partir de l’imagination de Gaston Bachelard(1884~1962), une nouvelle perspective combinée avec la théorie de l’imagination de Bachelard et l’étude de cinéma.
L’imagination constitue une dimension fondamentale de l’existence humaine puisqu’elle doit accompagner toute entreprise en quête de nouveauté, qu’il s’agisse de la connaissance ou de l’art.

Chapitre Ⅰ : La notion de l’imagination

1.Qu’est-ce que l’imagination ?

« [...] On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception, elle surtout la faculté de nous libérer des images premières, de changer des images. S’il n’y pas changement d’images, union inattendue des images, il n’y pas imagination. Il n’y pas d’action imaginante. Si une image présnte ne fait pas penser à une image absente, si une image occasionnelle ne détermine pas une prodigalité d’image aberrante, une explosion d’image, Il n’y pas imagination. Il y a perception, souvenir d’une perception, mémoire familière, habitude des couleurs et des formes. Le vocable fondamental qui correspond à l’imagination, ce n’est pas image, c’est imaginaire. La valeur d’une image se mesure à son auréole imaginaire. Grâce à l’imaginaire, imagination est essentiellement ouverte, évasive. Elle est dans le psychisme humain, l’expérience même de l’ouverture, l’expérience même de nouveauté. Plus que toute autre puissance, elle spécifie le psychisme humain. Comme le proclame Blake: « L’imagination n’est pas un état, c’est l’existence humaine elle-même.» [...] », écrit Gaston Bachelard dans L’air et les songes.

1.1. L’imagination subjective

Au point de vue de la philosophie subjectiviste de Bachelard, nous sommes ici, non dans un monde réel composé par un ensemble d’éléments externes, perçus par le sens et combinés par l’intelligence, mais dans un monde irréel, conçu par une puissance subjective qui caractérise l’imagination. On ne peut comprendre cet imagination qu’en partant d’ un sujet imaginant et en refaisant la même action imaginante que lui.

1.2. Imagination matérielle et imagination dynamique

1.2.1. L’imagination matérielle

L’imagination travaille le plus souvent dans le sens des exubérances de la beauté formelle, dans le sens de la surface ; autrement dit, les images en apparence factice. Elle déserte la profondeur, l’intimité substantielle, le volume. En dépit de toute forme fleurissante, la matière se laisse valoriser en deux sens : dans le sens de l’approfondissement et dans le sens de l’essor.
« [...] l’imagination matérielle est une imagination première. Elle imagine la création et la vie des choses avec les lumières vitales, avec les certitudes de la sensation immédiate, c’est-à-dire en écoutant les grandes leçons cénesthésique de nos organes. », écrit Gaston Bachelard dans L’Eau et les rêves. L’imagination formelle ignore la matière, ses potentialités et ses contraintes. C’est pourquoi son exubérance est sans limites. Pour elle, toutes les formes sont possibles. L’imagination matérielle, au contraire, trouve la source de ses créations dans l’intimité de la matière. Celle-ci possède, en puissance, sous forme de « germes », des formes qu’elle a le pouvoir de produire en elle-même et par elle-même, sans intervention d’un agent extérieur. Elles sont constitutives de son essence. L’étude des images matérielles permet à Bachelard d’en distinguer quatre types d’éléments matériels(terre, eau, air et feu.). On pourrait dire quatre manière de rêver l’intimité de la matière.

1.2.2. L’imagination dynamique

« L’imagination dynamique ne propose vraiment que des images d’impulsion, d’élan, d’essor, bref des images où le mouvement produit a le sens de la force imaginée activement. », écrit Gaston Bachelard dans L’Air et les songes. L’élément imaginé, dans son dynamisme, est conducteur du psychisme imaginant qui épouse et vit ce dynamisme. De cette induction (la participation active) matérielle et dynamique résulte une participation substancielle : le rêveur se fond dans une matière particulière plutôt qu’il ne se disperse dans un univers différencié. Il vit la course des nuages, l’enroulement de la vague, le tournoiement de l’oiseau. Seule cette induction matérielle et dynamique, cette « induction » par l’intimité du réel, peut soulever notre être intime. Nous l’apprendons en établissant entre les choses et nous-même une correspondance de matérialité. La participation substantielle, pour le rêveur, est une participation de la dynamique imaginaire à la dynamique élémentaire. Cette dynamique met en jeu des forces.

1.3. Imagination et image

1.3.1. L’attitude de recherche à l’égard de l’imagination

« [...]La critique intellectualiste de la poésie ne conduira jamais au foyer où se forment les images poétiques. Il faut bien se garder de commander à la somnabule. Pour connaiître les bonheurs d ‘images, mieux vaut suivre la rêverie somnabule, écouter, comme le fait Nodier, la somniloquie d’un rêveur. L’image ne peut être étudiée que par l’image, en rêvant les images telles qu’elles s’assemblent dans la rêverie. C’est un non-sens que de prétendre étudier objectivement l’imagination, puisqu’on ne reçoit vraiment l’image que si on l’admire. [...] Ainsi, images et concepts se forment à ces deux pôle opposés de l’activité psychique que sont l’imagination et la raison. Joue entre elles une polarité d’exclusion. Rien de commun avec les pôles du magnétisme. Ici les pôles opposés ne s’attirent pas ; ils se repoussent. », écrit Gaston Bachelard dans La poétique de la reêverie.

1.3.2. L’image littéraire

Nous somes dans un siècle de l’image, l’image littéraire nous donne l’expérience d’une création ,et que nous permet de découvrir une action éminente de l’imagination.L’image littéraire, c’est-à-dire l’image créatrice, ne vient pas habiller une image nue mais donner parole à une image muette. « Une image littéraire, c’est un sens à l’état naissant ; ... l’image littéraire doit s’enrichir d’un onirisme nouveau. Signifier autre chose et faire rêver autrement, telle est la double fonction de l’image littéraire.», écrit Gaston Bachelard dans L’Air et les songes.

1.3.3 L’évolution des concepts d’image

Pour Platon, par exemple, l’image n’est qu’un second objet, un double, une perception passée qui redevient présente sans être semblable pour autant. Ce que nous percevons, soulignait-il, n’est plus la réalité vraie, puisque nous sommes déjà dans un monde d’apparenced. Pour lui, le vrai monde, le monde supérieur ne pouvait être que celui des idées. Il faut se rappeler que Platon, contrairement à Aristote, supposait que les idées nous précédaient et existaient de toute éternité.

1.3.4. La double réalité de l’image

L’image a une double réalité : une réalité psychique et une réalité physique. C’est par l’image que l’être imaginant et l’être imaginé sont au plus proche. Le psychisme humain se formule primitivement en images.

1.3.5. Le conte imaginaire

Ce qui compte dans le conte imaginaire c’est l’image suggestive ; l’images que la vue usuelle et raisonnable est particulièrement impropre à suggérer.

1.3.6. L’imagination créatrice

Pour Bachelard, l’imagination créatrice se caractériserait par le caratère primitif, c’est-à-dire, l’image perçue et l’image créée sont deux instances psychiques très différentes. « Tout ce qu’on dit dans les manuels sur l’imagination reproductrice doit être mis au compte de la perception et de la mémoire. L’imagination créatrice a de tout autres fonctions que celles de l’imagination reproductrice. », écrit Gaston Bachelard dans La terre et les rêveries de la volonté. De fait, l’image créée, chez Bachelard, ne se règle pas sur les lois de la perception. L’imagination, lorsqu’elle est approchée dans cette tradition réaliste, se voit condamné au statut de simple reproduction, elle n’est jamais visée dans sa force créatrice, jamais libérée de la perception. L’imagination, pense Bachelard, loin d’être engloutie dans un schéma reproductif ou d’être aliénée dans la représentation.

2. L’immensité intime- imagination et correspondance baudelairienne

« Les correspondances baudelairiennes nous avaient appris à additionner les qualités correspondant à tout les sens. Mais elles se développent sur le plan des significations, dans une atmosphère de symboles. Une doctrine des qualités imaginées doit non seulement achever la synthèse baudelairienne en y ajoutant les consciences organiques les plus profondes, les plus dissimulées, mais elle doit promouvoir un sensualisme foisonnant, osé, ivre d’inexactitude. », écrit Gaston Bachelard dans La terre et les rêveries du repos. Bachelard pense que la doctrine de l’imagination ne s’éclairera qu si l’on peut faire une bonne classification des valeurs sensuelles en rapport avec les valeurs sensibles. Seules, les valeurs sensuelles donnent « des correspondances ». Les valeurs sensibles ne donnent que des traductions.

(Correspondance)

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.


Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté.
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.


(Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1857)

Chapitre Ⅱ : Poétique de la rêverie et Amélie, une rêveuse

1. L’univers de Jean-Pierre Jeunet

1.1. La rêverie de l’enfance et la création du film

« Il (le souvenir d’enfance) nous donne un passé inefficace dans la vie réelle, mais qui est soudain dynamisé dans cette vie, imaginée ou réimaginée, qu’est la rêverie bienfaisante. », écrit Gaston Bachelard dans La poétique de la rêverie.
« Vous souvenez-vous – Amélie étant un film qui renvoie beaucoup à l’enfance – du petit garçon que vous étiez ?
– (Il réflechit) Je n’ai pas eu une enfance très gaie. Oh, ce n’était pas si terrible, il n’y avait rien de particulier, mais... On a tous nos blessures, non ? J’ai longtemps été fils unique, j’ai eu un frère assez tard. J’ai réalisé récemment que c’est justement parce que mon enfance n’était pas très rose que je me réfugiais dans l’imaginaire. Ça m’a rendu créatif ! Si je fais des films aujourd’hui, c’est sans doute à cause de ça. Déja à 8 ans, je m’ étais fait un petit théâtre de marionnettes, j’écrivais les histoires, je faisias les décors, je démontais les lampes de poche pour faire l’éclairage et ... je faisais payer mes parents pour assister au spectacle ! J’étais déja producteur ! J’avais aussi un petit projecteur pour projecter des “films” à l’image fixe. Moi, je prenais les films de Disney, je changeais l’ordre des images, je réécrivais des histoires... Peut-être est-ce cela qu’on appelle “avoir la vocation” ? », dans un entretien avec le magazine Studio, Jean-Pierre Jeunet parle son enfance.

1.2. Le surréalisme de Jean-Pierre Jeunet

1.2.1. Le conte de fée

C'est à la fin du XVll ème siècle, à une vogue de contes de fées, c'est- à- dire l'exploration d'un imaginaire littéraire. Cependant si l'adjectif "imaginaire " existe, le nom, lui, fait défaut. II y a alors création d'un monde autonome, parallèle à la réalité - c'est ce qu'exprime l'adjectif "imaginaire : qui n'existe pas dans la réalité.

1.2.2. Le style de bandes dessinées

1.2.3. Fabrication d’ un univers et utilisation des effets spéciaux

2. Amélie, une rêveuse et imagination aérienne

Dans le début de film, entre Amélie(un germe/une forme primitive) et le vent (c’est-à-dire l’air élémentaire), il n’y pas seulement une sympathie vague, une sympathie molle. Il y a surtout une sympathie dynamique, une correspondance baudelairienne active ; une correspondance animée par l’élément matériel de l’air. Il y a une imagination aérienne dans le début de film. Les images des vents correctement dynamisées dynamisent le spectateur ; elles déterminent dans les âmes consonantes une opération imaginaire, une rêverie créatrice. Les images des vents suivent à la fois les forces de la nature et les force de notre nature imaginaire.
« L’imagination dynamique ne propose vraiment que des images d’impulsion, d’élan, d’essor, bref des images où le mouvement produit a le sens de la force imaginée activement. », écrit Gaston Bachelard dans L’Air et les songes.

2.1. La naissance d’Amélie Poulain

Amélie Poulain est née le premier juin mil neuf cent soixante-quatorze à Enghien-Les-Bains. Son signe du zodiaque est le Gémeaux, L'Élément associé avec les Gémeaux est l'Air. Ce n’est pas pour rein qu’Amélie est née sous le signe du Gémeaux. Comme dans le début de film, la voix-off :
« À la même seconde, à la terrasse d’un restaurant, à deux pas du Moulin de la Galette, le vent s’engouffrait comme par magie sous une nappe, faisant danser les verres, sans que personne ne s’en aperçoive... »
« Toujours à la même seconde, un spermatozoïde pourvu d’un chromosome x, appartenant à M. Raphaël Poulain, se détachait du peloton pour atteindre un ovule appartenant à Mme Poulain, née Amandine Fouet. Neuf mois plus tard, naissait... Amélie Poulain. »

2.2. La petite Amélie rêve devant le nuage

2.3. Amélie sur la Butte Montmartre

Chapitre Ⅲ : Lire l’espace poétique dans Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain

1. L’espace poétique

« La poétique de l’espace, les thèmes qui constituaient à nos yeux la « psychologie » de la maison, nous avons vu jouer sans fin des dialectiques de faits et valeurs, de réalités et de songes, de souvenirs et de légendes, de projets et chimères. Examiné dans de telles ni avec les mêmes traits, ni avec la même lumière. Aussitôt que le passé est pris dans un réseau de valeurs humaines, dans les valeurs d’intimité d’un être qui n’oublie pas, il apparaît dans la double puissance de l’esprit qui se souvient et de l’âme qui se repaît de sa fidélité. L’âme et l’esprit n’ont pas la même mémoire. », écrit Gaston Bachelard dans La poétique de la rêverie.

1.1. La Boîte au trésor

« Amélie : Dis-moi papa, si tu retrouvais une chose de ton enfance à laquelle tu tenais comme à un trésors...
Ça te rendait comment : heureur, triste, nostalgique ? Ça te ferait quoi ?
Je pensais à ces choses qu’on garde en secret comme si
elles avaient une immense valeur.»
Dans Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, la boîte au trésor est de l’ordre du Tu avant d’être de l’ordre du Cela. C’est-à-dire, il y a une communication interne, intime, substantielle entre Amélie et la boîte au trésor. Les correspondances se nouent en des instants touchants et réveillants.

1.2. Déjeuner des canotiers d’Auguste Renoir

« Amélie : Vous savez, la fille au verre d’eau... Si elle a l’air un peu à coté,
c’est peut-être parce qu’elle est en train de penser à quelqu’un.
À quelqu’un du tableau ?
Non, plutôt un garçon qu’elle a croisé ailleurs.
Mais elle a l’impression qu’ils sont un peu pareils, elle et lui.
Dufayel : Ah, autrement dit, elle préfère s’imaginer une relation avec quelqu’un d’absent,
Que de créer des liens avec ceux qui sont présents.
Amélie : Peut-être même qu’au contraire, elle se met en quatre
Pour arranger les cafouillages de la vie des autres.
Dufayel : Mais elle... les cafouillages de la sienne, de vie, qui va s’en occuper ? »

2. L’espace labyrinthique

La notion de labyrinthe s’étend aussi bien à la vie noctunre qu’à la vie éveillée.Et, naturellement, tout ce que la vie claire nous enseigne nous masque les réalités oniriques profondes. Le désarroi d’un vayageur qui ne trouve pas son chemin dans une compagne sillonnée de routes, l’embarras d’un visiteur perdu dans une grande ville semblent donner matière émotive de toutes les angoisses du labyrinthe. « Dans nos rêveries, nous sommes parfois une matière labyrinthique, une matière qui vit en étirant, en se perdant dans ses propres défilés.», Bachelard nous dit ainsi dans La terre et les rêveries du repos.

2.1. La salle de bain

2.2. La Boîte au trésor

2.3. La chambre à coucher

2.4. La cabine téléphonique

2.5. La Butte Montmartre

Dans la séquence de la Butte Montmartre, ce lieu-là se matérialise par la métaphore labyrinthique, par la terre élémentaire. Comme le dit Bachelard : « La métaphore, physiquement inadmissible, psychologiquement insensée, est cependant une vérité poétique. C’est que la métaphore est le phénomène de l’âme poétique. C’est encore un phénomène de la nature, une projection de la nature humaine sur la nature universelle.» L’image labyrinthique, semble-il, est comme une sorte de contexte esthétique dont l’action du film s’imprègne. Il y a une correspondance de matérialité établie entre l’action de Nino et le milieu naturel(c’est-à-dire la Butte Montmartre). Le labyrinthe met Nino en mouvement.
« Les dessins extérieurs du labyrinthe non seulement s’impriment sur le labyrinthé, mais ils apportent avec eux l’exigence de leur matière. », Bachelard nous dit ainsi dans La terre et les rêveries du repos.

2.6. Amélie Poulain

Conclusion :

Bachelard a tenté de nous faire compréhension plus intime de rapports entre le monde de la psyché(notre être secret, notre inconscient / notre profondeur) et le monde de la matière(la vertu secrète des substances /la profondeur). Dans Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain, une sorte de paradoxe temporel tisse un lien surprenant entre la passé et le présent, entre la monotonie de la vie réelle et la dynamique d’une rêverie pittoreque et kaléidoscopique. Chez Jeunet, une rêverie onirique défend les valeurs du rêve et du désir, à travers le jeu de labyrinthe ou de chassé-croisé. Dans un Paris idéal et idéalisé, au parfum des nostalgie et de bonheur, Jeunet nous présente une vision surréaliste d’un Montmartre romantique et romanesque, délicieusement anachronique.
論文目次 緒論.....................................................3

第一章 巴什拉的想像力論

第一節 想像力的概念
一、想像力的定義..........................................9
(一) 主觀的(內在感受的)想像力...........................10
(二) 創造力的標誌─嶄新與新視野.........................13
(三) 開放本質與超人精神.................................15
二、物質想像力與動力想像力...............................18
(一) 物質想像力.....................................18
(二) 動力想像力.....................................22
三、想像力與意象.........................................24
(一) 研究想像力的態度...............................24
(二) 文學意象.......................................25
(三) 意象概念的演變.................................28
(四) 意象的雙重真實.................................29
(五) 給人啟發的想像的故事...........................32
(六) 創造性想像力...................................35
第二節 內在的無邊無際─想像力與應和論...................36

第二章 夢想詩學與夢想者艾蜜莉

第一節 尚─皮耶•居內的電影世界
    一、童年的夢想與電影創作.........................43
    二、居內的超現實風格
        (一) 童話故事...........................51
        (二) 漫畫風格...........................52
        (三) 打造奇幻的國度+喜用電腦特效創造新的電影語言......54
第二節 夢想者艾蜜莉與「大氣想像力」
    一、艾蜜莉的誕生.................................61
    二、仰望白雲的小艾蜜莉...........................65
三、蒙馬特山丘上的艾蜜莉.................................69

第三章 閱讀《艾蜜莉的異想世界》的電影詩意空間

第一節 詩意空間
一、藏寶盒...............................................72
二、雷諾瓦的〈船上午宴〉.................................82

第二節 迷宮空間
一、浴室.................................................86
二、藏寶盒...............................................88
三、艾蜜莉的臥房.........................................88
四、電話亭...............................................90
五、蒙馬特山丘...........................................90
六、艾蜜莉...............................................93
結論....................................................95

  參考書目.............................................97
附錄一《艾蜜莉的異想世界》電影本事......................102
附錄二 電影《艾蜜莉的異想世界》幕後花絮.................106
參考文獻 西文參考書目:

Jacque AUMONT, L’image, Paris, Nathan,1990.
Jacques AUMONT & Michel MARIE, L’Analyse des films, Paris , Nathan,1988.
ARISTOTE, De L’Âme, Paris, Les Belles Lettres, 1995.
Gaston BACHELARD :
L’intuition et l’instant : Etude sur la « Siloë » de Gaston Roupnel, Paris, Stock, 1935/1975.
La formation de l’esprit scientifique : Contribution à une psychanalyses de la connaissance objective, Paris, Vrin, 1938.
La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, 1938/1949.
Lautréamont, Paris, José Corti, 1939/1995.
L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942.
L’air et les Songes : essai sur l’imagination du mouvement, Paris, Le Livre de Poche, 2004 .
La terre et les rêveries de la volonté : essai sur l’imagination des forces, Paris, José Corti, 1947.
La terre et les rêveries du repos : essai sur l’imagination de l’intimité, Paris, José Corti, 1948.
La Poétique de l’Espace, Paris, P.U.F, 1957.
La Poétique de la Rêverie, Paris, P.U.F, 1960.
La Flamme d’une Chandelle, Paris, P.U.F, 1961.
Le droit de rêver, Paris, P.U.F, 1970.
André BAZIN, Qu’est-ce que le cinéma, Paris, Édition du Cerf, 1985.
BAUDELAIRE, Œuvres complètes, Paris, Édition du Seuil, 1968.
Jean BAUDRILLARD, Simulacres et simulation, Paris, Édition Galilée, 1981.
Jean BAUDRILLARD, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968.
Walter BENJAMIN, Écrits français, Paris, Édition Gallimard, Folio Essais,1991.
Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, Paris, Gallimard, coll. « Folio», 1939.
André GAUDREAULT & François JOST, Le Récit cinématographique : Cinéma et récit-II , Paris, Nathan, 1990.
Giovanni GRAZZINI, FELLINI par FELLINI, Paris, Calmann-Lévy, 1984.
Paul KUGLER, « Psychic imaging:a bridge between subjet and objet », The Cambridge Companion To Jung, London, Cambridge University Press, 1997.
Jean-Pierre JEUNET, Guillaume LAURANT & Phil CASOAR, Le Fabuleux Album d’Amélie Poulain, Paris, Les Arènes, 2001.
Christian METZ, Le signifiant imaginaire : Psychanalyse et Cinéma, Paris, Christian Bourgois Editeur, 1984.
Jean-Pierre JEUNET, Guillaume LAURANT & Luc DESPORTES, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, coll. « BD Storyboard », Paris, Alvisa, 2004.
François PIRE, De l’imagination poétique dans l’oeuvre de Gaston Bachelard, Paris, José Corti, 1967.
Marshall MCLUHAN, Understanding Media, London and New York, Routledge, 2004.
Octave MANNONI, Clefs pour l’Imaginaire ou l’Autre Scène, Paris, Édition du Seuil, 1969.
Edgar MORIN, Le cinéma ou l’homme imaginaire : Essai d’anthropologie sociologique, Paris, Minuit, 1956
Georges POULET, La conscience critique, Paris, José Corti, 1986.
Jean-Jacques ROUSSEAU, Les Rêveries du promeneur solitaire, Paris, Pocket, 1991.
Akira TORIYAMA, « Dragon Ball 1 : Le nuage supersonique», Paris, Glénat, 1993.

西文期刊:

Masahiko ISHIKAWA, “Miyazaki veut libérer les enfants’’, Courrier International N°741, Du 13 Au 19 Janvier 2005.
“Le Paris de Jean-Pierre Jeunet ”, Studio, Nº158, juillet-août 2000.
Jean-Yves KETELAN, “Critique de La Cite des enfants perdus ’’, Première, Nº219, juin 1995.
Les Frères KRUGER, “Caro et Jeunet, les faux jumeaux’’, Première, Nº219, juin 1995.
Jean-Pierre LAVOIGNAT, “Amélie, un amour de Jeunet’’, Studio, avril 2001.
Jean-Pierre LAVOIGNAT & Michel REBICHON, “Les 100 secrets d’Amélie’’, Studio, Nº168, juin 2001.
Jean-Pierre LAVOIGNAT, “Amélie, un amour de Jeunet ’’, Studio, Nº166, avril 2001.
“ Café society ”, Sight and Sound, August 2001.
Michelle SCATTON-TESSIER, “ Le Petisme : flirting with the sordide in Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain” , Studies in French Cinema, Volume 4 Nº3, 2004.






中文參考書目:

大江健三郎,《小說的方法》,王成、王志庚譯,河北,河北教育出版社,2001。
王琢,《想像力論─大江健三郎的小說方法》,上海,上海文藝出版社,2004。
瓦爾特•本雅明,《巴黎,十九世紀的首都》,劉北成譯,上海,上海人民出版社,2006。
加斯東•巴什拉,《火的精神分析》,顧嘉琛、杜小真譯,長沙,岳麓書社,2005。
加斯東•巴什拉,《水與夢─論物質的想像》,顧嘉琛、杜小真譯,長沙,岳麓書社,2005。
加斯東•巴舍拉,《空間詩學》,龔卓軍、王靜慧譯,台北,張老師文化,2003。
加斯東•巴什拉,《夢想的詩學》,劉自強譯,北京,三聯書店,1996。
史賓諾莎,《倫理學》,賀麟譯,北京:商務印書館,2005。
弗朗索瓦•達高涅,《理性與激情─加斯東•巴什拉傳》,尚衡譯,北京,北京大學出版社,1997。
朱良志,《曲院風荷:中國藝術十講》,合肥,安徽教育出版社,2003。
安德列•巴利諾,《巴什拉傳》,顧嘉琛、杜小真譯,上海,東方出版中心,2000。
安德烈•巴贊,《電影是什麼?》,崔君衍譯,台北,遠流,1995。
安德烈•戈德羅、弗朗索瓦•若斯特合著,《什麼是電影敘事學》,劉雲舟譯,北京,商務印書館,2005。
米歇•翁福雷,《享樂的藝術》,劉漢全譯,台北:邊城出版,2005。
李寶強 譯著, 《七部半─塔爾科夫斯基的電影世界》,北京,中國電影出版社,2002。
克里斯蒂安•麥茨,《想像的能指─精神分析與電影》,王志敏譯,北京,中國廣播電視出版社,2006。
坂井彰代,《我在咖啡館閱讀巴黎》,李毓昭譯,台北,太雅出版,2005。
波德萊爾,《1846年的沙龍 波德萊爾美學論文選》,郭宏安譯,桂林,廣西師範大學出版社,2002。
波特萊爾,《惡之花》,郭宏安譯,桂林,廣西師範大學出版社,2002。
彼得•邦得內拉,《電影詩人費里尼》,林文琪、刁筱華、羅頗誠譯,台北,萬象圖書,1995。
林文淇、沈曉茵、李振亞編,《戲戀人生:侯孝賢電影研究》,台北,麥田出版,2005。
喬治•布萊,《批評意識》,郭宏安譯,桂林,廣西師範大學出版社,2002。
喬瓦尼•格拉齊尼編,《費里尼對話錄》,邱芳莉譯,桂林,廣西師範大學出版社,2005。
金森修(日),《巴什拉─科學與詩》,武青豔、包國光譯,河北,河北教育出版社,2002。
吳錫德,《法國製造》,台北,麥田出版,2006。
周登富,《銀幕世界的空間造型》,北京,中國電影出版社,2001。
尚─皮耶•居內、威廉•羅倫、菲爾•卡索爾合著,《艾蜜莉的異想事件簿》,
彭懋龍譯,台北,影響電影雜誌社,2002。
柯慶明,《中國文學的美感》,台北:麥田出版,2000。
馬國權選編,《名家談繪畫(一)》,香港,商務印書館,2001。
馬賽爾•馬爾丹,《電影語言》,何振淦譯,北京,中國電影出版社,2006。
馬歇爾•麥克魯漢,《理解媒介─論人的延伸》,何道寬譯,北京,商務印書館,2001。
夏洛特•錢德勒,《夢是唯一的真實:費里尼自傳》,黃翠華譯,桂林,廣西師範大學出版社,2006。
宮崎駿,《出發點 1979~1996》,台北,台灣東販,2006。
翁德明主編,《法國教室》,台北,九歌出版社,2001。
傑克•歐蒙與米雪兒•瑪麗合著,《當代電影分析方法論》,吳珮慈譯,台北,遠流,1996。
聖艾克絮佩里,《人類的大地》,黃葒譯,南京,江蘇教育出版社,2005。
愛倫坡,《黑貓 愛倫坡驚悚故事集》,曹明倫譯,台北,商周出版,2005。
維琪•勒博,《彿洛伊德看電影─心理分析電影理論》,台北,書林,2004。
鄭毓瑜,《文本風景─自我與空間的相互對話》,台北,麥田出版,2005。
潘國靈、李照興主編,《王家衛的映畫世界》,香港,三聯書店,2004。
賴聲川,《賴聲川的創意學》,台北,天下雜誌,2006。
錢鍾書,《談藝錄》,台北,書林,1988。
錢鍾書,《七綴集》,台北,書林,1990。
盧梭,《漫步遐想錄》,徐繼曾譯,北京,北京十月出版社,2005年
戴錦華,《鏡與世俗神話─影片精讀18例》,北京,中國人民大學出版社,2004。
戴錦華,《電影批評》,北京,北京大學出版社,2004。

中文期刊:

陳正雄,〈內在的召喚〉,《聯合報》,聯合副刊E7版,94年11月21日 星期一。
張小虹,〈幽冥《海上花》:表面美學與時間褶襉〉,《電影欣賞》,第110期,2002 年,一月-三月。
張典婉,〈如果劉三姐在臺灣〉,《聯合報》,聯合副刊E7版,96年3月6日 星期三。
喻肇青,〈詩與空間的對話:家的故事〉,《聯合報》,93年11月29日。
羅喬偉,〈意志與表象的世界─幻想的地誌學〉,《聯合報》,讀書人第六八九號 E4版,94年9月18日 星期日。
〈夢自剖〉,《影響電影雜誌》,創刊號,1989年11月。
〈開啟夢幻之匙─居內與卡侯〉,《影響電影雜誌》,第64期,1995年8月。


電子文件:

林菁,〈皮亞傑的兒童自我中心理論述評〉,《學前教育》,人民教育出版社網站。摘錄日期:2007年5月1日,取自http://www.pep.com.cn./xgjy/xqjy/jszx/yjts/gnxw/200407/t20040722_108257.htm

《艾蜜莉的異想世界》官方網站:http://www.acommecinema.com/dossier/02/ameliepoulain
時間:2002/10/27
論文使用權限
  • 同意紙本無償授權給館內讀者為學術之目的重製使用,於2007-09-12公開。
  • 同意授權瀏覽/列印電子全文服務,於2007-09-12起公開。


  • 若您有任何疑問,請與我們聯絡!
    圖書館: 請來電 (02)2621-5656 轉 2281 或 來信